"Ce sont des rescapés de l'enfer" : la France va accueillir 25 réfugiés de Libye

Pascal Brice, directeur général de l'Office français de protection des réfugiés apatrides, a expliqué, lundi sur franceinfo, que les 25 personnes accueillies par la France "relèvent du droit d'asile".

25 personnes, évacuées par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) vers le Niger, vont rejoindre la France. (Photo d\'illustration)
25 personnes, évacuées par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) vers le Niger, vont rejoindre la France. (Photo d'illustration) (ANGELOS TZORTZINIS / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye, un pays qui a basculé dans le chaos ces dernières années. "Ce sont des rescapés de l'enfer", a déclaré, lundi 20 novembre sur franceinfo, Pascal Brice. Le directeur général de l'Office français de protection des réfugiés apatrides (l’Ofpra) a expliqué qu'"il s'agit de personnes qui relèvent du droit d'asile", alors que 25 personnes, évacuées par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) vers le Niger, vont rejoindre la France.

Ce sont les toutes premières personnes que le HCR a réussi à extraire de la Libye

Pascal Brice
directeur général de l'Ofpra

à franceinfo

Le HCR a réussi à extraire "des horreurs de la Libye dans des conditions extraordinairement difficiles" ces 25 premières personnes, a rapporté Pascal Brice. Il s'agit notamment "d'Erythréens, de Soudanais ou d'Ethiopiens", a-t-il poursuivi. "L'enjeu maintenant, après avoir pris en charge ces 25 premières personnes qui ont vécu, je pense notamment aux femmes, des viols, des familles dont les enfants avaient été enlevés, eh bien maintenant il faut amplifier", a estimé le directeur général de l'Ofpra.

"C'est l'anarchie de la barbarie. Ils ont vécu des enlèvements, des détentions arbitraires, des enlèvements de leurs enfants dont ils ont dû payer la libération", a raconté Pascal Brice, avant de revenir sur le sort réservé aux femmes : "Elles ont toutes été violés à un moment ou un autre. C'est l'accumulation de l'horreur sur le parcours de la migration, tout particulièrement en Libye."

Le HCR a réussi à extraire "des horreurs de la Libye dans des conditions extraordinairement difficiles" ces 25 premières personnes, Pascal Brice
--'--
--'--