Calais : quinze policiers hospitalisés après des affrontements entre CRS et migrants

Une centaine de migrants ont attaqué les forces de l'ordre avec des "sacs remplis de pierres" dans la zone Transmarck, selon une source policière. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les policiers affirment avoir été attaqués dans la zone Transmarck où des exilés tentent de monter dans les camions pour rejoindre l'Angleterre. (Photo d'illustration)  ( MARCO ALPOZZI / MAXPPP)

Au moins quinze policiers ont été hospitalisés, jeudi 30 décembre, après des affrontements entre CRS et migrants à Calais (Pas-de-Calais) dans la matinée, selon une source policière, rapporte France Bleu Nord. Cette information a également été confirmée par la préfecture du Pas-de-Calais dans un communiqué.

Vers 10 heures, un affrontement a éclaté entre soixante CRS et gendarmes et une centaine de migrants à Calais, dans la zone Transmarck où des exilés tentent de monter dans les camions pour rejoindre l'Angleterre. Les forces de l'ordre, qui sécurisaient la zone, disent avoir été attaqués. Selon une source policière sur place, l'attaque était d'une "violence inouïe".

Un CRS raconte que les migrants "avaient des sacs remplis de pierres et de ballast dans leurs tentes". Des témoins décrivent "une scène de guerre" avec des migrants qui jetaient des pierres et des CRS qui répliquaient avec du gaz lacrymogène et des tirs de lanceurs de balles de défense.

Hospitalisés pour des contusions et des plaies

Selon l'Auberge des migrants, une association qui vient en aide aux exilés, les migrants étaient "très en colère" car les policiers les empêchaient de récupérer des affaires dans les tentes.

Au moins quinze CRS ont été hospitalisés selon une source policière pour des contusions et des plaies. Plusieurs migrants ont également été blessés dans cet affrontement, sans que l’on connaisse le nombre précis.

L'opération d'évacutation s'est terminée en fin de matinée. Dans un communiqué, la préfet du Pas-de-Calais "condamne fermement ces violences et apporte son soutien total aux policiers et gendarmes blessés."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.