Cet article date de plus de deux ans.

Bateau de pêche coincé avec des naufragés : la Méditerranée "est un espace de non-droit", selon SOS Méditerranée

Un des responsables de l'antenne montpelliéraine de l'ONG, estime que "le principe fondamental de la solidarité à l'égard de tous les naufragés" a été "bafoué par les États".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants sauvés par le bateau "Aquarius" de l'ONG SOS Méditerranée le 24 septembre 2018. (MAUD VEITH / SOS MEDITERRANEE)

Jean-Pierre Lacan, un des responsables de l'antenne montpelliéraine de l’association SOS Méditerranée a dénoncé mercredi 28 novembre sur franceinfo la situation en Méditerranée qui est devenue "un espace de non droit" pour les naufragés qui tentent de fuir la Libye.

Les règles de sauvetage "bafouées par les États"

Un capitaine de bateau de pêche espagnol se retrouve coincé depuis plusieurs jours en Méditerranée après avoir recueilli une dizaine de naufragés. Ils tentaient de fuir la Libye. Aucun port en Europe ne veut les accueillir.

"Il n'y a plus d'espace de droit dans la Méditerranée centrale", déplore Jean-Pierre Lacan. "Le principe fondamental qui est vieux comme la navigation, qui est celui de la solidarité à l'égard de tous les naufragés, solidarité des gens de mer qui s'impose à tout capitaine de navire, qui lui demande de se détourner, d'aller récupérer tous les naufragés, d'aller les débarquer dans un port sûr, ces règles-là sont aujourd'hui bafouées par les États. C'est un espace de non-droit la Méditerranée", explique-t-il.

Le capitaine du bateau "n'a pas de choix"

Des témoignages recueillis par l'ONG SOS Méditerranée évoquent des bateaux qui se détournent des naufragés : "Comment voulez qu'un navire de pêche, un navire de commerce qui se trouve dans cette situation soit enclin à aller porter secours", souligne-t-il.

Le capitaine du bateau de pêche n'a pas de choix, selon Jean-Pierre Lacan : "Il est hors de question pour lui de reconduire ces gens dans un pays où leurs droits ne seraient pas respectés", car "il se mettrait en contravention avec le droit maritime internationale".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.