Migrants : Macron "élu sur la promesse de renouer avec la France humaniste" a "menti" et "trahi", estime Raphaël Glucksmann

Raphaël Glucksmann, tête de liste Place publique/PS aux élections européennes, réagissait sur franceinfo à la décision française de ne pas accueillir l'Aquarius.

Raphaël Glucksmann, invité sur franceinfo jeudi 25 avril.
Raphaël Glucksmann, invité sur franceinfo jeudi 25 avril. (FRANCEINFO)

"Emmanuel Macron a été élu sur la promesse de renouer avec la France humaniste. Ensuite, une fois président, il n’est pas capable d’accueillir un bateau de naufragés, donc il a menti", déclare sur franceinfo Raphaël Glucksmann, tête de liste Place publique/PS aux élections européennes, en référence à la décision française de ne pas accueillir l'Aquarius.

"Quand il a dit qu'il allait soutenir Angela Merkel dans son ouverture aux réfugiés syriens, poursuit-il, beaucoup de Français ont vu en lui quelqu'un qui allait redonner de l'assurance aux humanistes français."

Ces gens-là, il les a trahis. Cette trahison-là, à un moment, il va falloir qu'il s'en explique.Raphaël Glucksmannà franceinfo


"Je pense que quand on veut faire barrage [à l'extrême droite], on doit être ferme sur les principes et que quand on n'est pas capable d'assumer l'accueil de l'Aquarius ou d'un autre bateau de 60 naufragés, on n'est pas ferme sur ses principes", a affirmé Raphaël Glucksmann concernant la politique d'Emmanuel Macron et indirectement de son adversaire LREM aux Européennes, Nathalie Loiseau. 

À propos de la présence de cette dernière sur une liste d'extrême droite quand elle était étudiante, "Ce n'est pas mon problème, mon problème, c'est la politique qu'elle entend proposer. Ce qui compte, c'est le débat sur le fond, le débat actuel", a soutenu le chef de file de Place publique.