Cet article date de plus de huit ans.

Migrants à Calais : une coopération franco-britannique renforcée

Le ministre de l'Intérieur français et son homologue britannique en visite à Calais ont signé jeudi un accord sur la question des migrants. Il prévoit une nouvelle organisation humanitaire et sécuritaire.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve et son homologue britannique, Theresa May, à l'entrée du tunnel sous la Manche, près de Calais jeudi © REUTERS / Regis Duvignau)

Dans le cadre de la lutte contre l’immigration illégale, les ministres de l’Intérieur français et britannique signent ce jeudi à Calais (Pas-de-Calais) un accord de coopération, ciblant particulièrement les filières et les passeurs. Un centre va gérer cette lutte côté anglais et côté français, avec un commandement "unifié". Un autre volet du plan concerne aussi l'arrivée de policiers d'outre-Manche dans la région de Calais

A LIRE AUSSI ►►►Avec les migrants "pleins d'espoir" qui tentent de passer en Angleterre

Un commandement partagé

L'accord prévoit notamment un centre de commandement et de contrôle en commun près de Calais à Coquelles ainsi qu'à Folkestone, côté anglais. Il sera chargé de recenser les renseignements sur les passeurs. Ce sont ces réseaux qui poussent les candidats à l'immigration à se rendre à Calais et à prendre de gros risques pour passer en Angleterre. Le travail des enquêteurs sur le repérage de ces filières sera supervisé par deux responsables français et britannique. L'objectif étant de mener des actions conjointes plus cohérentes en partageant les informations.  

Lutte contre "la traite des êtres humains"

Selon Bernard Cazeneuve, "19 filières opérant depuis la France vers le Royaume-Uni, ont été démantelées" ces sept derniers mois. Le ministre de l'Intérieur a aussi déclaré que depuis janvier que "514 trafiquants ont été interpellés, soit 18% de plus, qu'en 2014, à période égale ". L'objectif franco-britannique, a dit le ministre, est de "lutter contre de véritables organisations de traite des êtres humains" . D'où le nouveau maillage policier mis en place, avec un commandement "unifié" .

L'objectif est d'augmenter le nombre de filières démantelées "pour sauver des vies" : Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur

Londres prévoit dix millions d'euros sur deux ans 

Par ailleurs, l'accord signé jeudi prévoit de protéger les 3.000 migrants présents actuellement à Calais. Le site du tunnel sous la Manche va être davantage sécurisé. L'accueil des femmes et des enfants "vulnérables " et à la merci des passeurs. Pour ce qui concerne les migrants qui ne sont pas susceptibles de prétendre à l'asile, "le gouvernement souhaite aussi faciliter les recours volontaires vers les pays d'origine à travers les programmes d'aide en collaboration avec les ONG françaises et britanniques " a précisé Bernard Cazeneuve.

Il a été question aussi d'améliorer les conditions de vie de "ceux qui souhaitent bénéficier d'une protection humanitaire" , les loger par exemple en dehors de Calais. Toutes ces mesures vont être notamment financées par l'apport de cinq millions d'euros sur deux ans décidé par le gouvernement britannique. 

En déplacement à Berlin, Bernard Cazeneuve a annoncé ce jeudi soir la tenue d'une réunion européenne sur la crise migratoire à la mi-octobre, à Paris, en présence des ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères. Elle sera suivie d'une réunion en Allemagne, et aura pour but de préparer le sommet européen de La Valette en novembre, consacré à la coopération avec les pays africains.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.