Cet article date de plus de douze ans.

Meurtre des étudiants français: le verdict

Les deux Anglais accusés d'avoir sauvagement tué deux étudiants français en 2008 ont écopé de 35 et 40 ans de prison
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, sauvagement asassinés à Londres le 29 juin 2008 (© france3)
Les deux Anglais accusés d'avoir sauvagement tué deux étudiants français en 2008 ont écopé de 35 et 40 ans de prisonLes deux Anglais accusés d'avoir sauvagement tué deux étudiants français en 2008 ont écopé de 35 et 40 ans de prison

Jugés jeudi à Londres, Nigel Edward Farmer, chômeur SDF de 34 ans, et Daniel "Dano" Sonnex, 23 ans, ont été respectivement condamnés à des peines incompressibles de 35 et 40 ans.

Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, âgés tous deux de 23 ans, avaient été ligotés, bâillonnés et lacérés de près de 250 coups de couteau.

Les douze jurés se sont prononcés après près de 23 heures de délibération. Les condamnés, reconnus coupables de meurtres, séquestrations, cambriolage et incendie volontaire, n'ont pas réagi à l'annonce du verdict.

En Grande-Bretagne, la culpabilité de meurtres entraîne automatiquement la réclusion à perpétuité mais il revient au juge de déterminer la peine de sûreté incompressible.

En prononçant sa sentence jeudi après-midi, le juge Saunders a déclaré aux deux condamnés qu'ils avaient échappé à la réclusion à perpétuité sans possibilité de sortie anticipée, uniquement en raison de leur jeune âge.

Les parents des deux victimes françaises ont exprimé leurs doutes à l'issue du verdict. "On repart bien évidemment avec beaucoup de questions", a dit à la presse Guy Bonomo. "Ce n'est pas le procès de deux êtres humains qu'on a fait, mais de deux animaux. Je ne sais même pas s'il y a des animaux qui sont cruels comme ces gens-là." Il a indiqué s'être attendu à un verdict plus sévère.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.