Cet article date de plus de neuf ans.

Mesures drastiques à Chypre : les Russes vont perdre gros

La taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires prévue dans le plan de sauvetage de Chypre dérange à Moscou. Si tous les Chypriotes sont concernés, nombre de Russes fortunés aussi, car selon des estimations, l'île d'Aphrodite hébergerait au moins 20 milliards de dollars d'avoirs russes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Vasily Fedosenko Reuters)

Chypre, ses plages, son plan d'économie, son argent russe. Si la décision du nouveau gouvernement de taxer tous les avoirs bancaires de l'île de 7 à 10 % provoque colère et attroupements autour des distributeurs automatiques dans le pays, les Chypriotes ne sont pas les seuls que cette nouvelle concerne directement. Selon les modalités du plan de sauvetage, toute personne ayant de l'argent dans une banque du pays va subir cette mesure.

Or, depuis quelques années, l'île est devenue l'un des lieux privilégiés par les Russes fortunés. Et les avoirs russes déposés sur l'île sont considérables : selon un rapport des services secrets allemands révélé fin 2012, on estime entre 15 et 20 milliards d'euros l'argent russe à Chypre.

Pour Anatoli Aksakov, député et président de l'Association des banques régionales de Russie, on parle de 15 milliards d'euros qui pourraient être imposés par la taxation européenne, alors que l'édition russe du magazine Forbes , elle cite des estimations allant jusqu'à 35 milliards d'euros si l'on additionne les avoirs des sociétés, des banques et des particuliers russes.

Chypre, premier investisseur en Russie

Soit, si l'on prend la fourchette haute, jusqu'à 3,5 milliards d'euros russes seraient ponctionnés des comptes russes à Chypre (sachant que la nouvelle taxe est censée rapporter 5,8 milliards d'euros à l'Etat méditerrannéen). D'où un vent de panique parmi les hommes d'affaires russes figurant dans la liste des plus grandes fortunes, selon le Forbes  russe.

Pourquoi tant d'argent russe s'est-il retrouvé dans les banques chypriotes ? De nombreux investisseurs ont profité du statut offshore du pays et de ses privilèges fiscaux pour y établir leurs sociétés. Si peu de gens parlent de blanchiment d'argent, très paradoxalement, Chypre est le premier investisseur mondial en Russie. Car les fonds russes placés sur l'île pour bénéficier des accords fiscaux entre les deux pays sont ensuite rapatriés au pays de Vladimir Poutine.

La question russe est loin d'être anecdotique à Chypre, car c'est en partie à cause d'elle que la taxe exceptionnelle qui secoue le pays a été mise en place. En effet, l'Union européenne, Allemagne en tête, s'est montrée extrèmement réticente à mettre en place un plan d'aide au pays, car, estimait-elle, celui-ci risquait de profiter à l'argent sale russe.

Exemption contre aide financière ?

Si le gouvernement britannique a annoncé qu'il allait "faire un geste " pour que ses concitoyens "faisant leur devoir " sur l'île d'Aphrodite (la Grande-bretagne y a notamment 3.500 militaires) reçoivent des compensations, ce ne sera probablement pas le cas de Moscou.

"La confiance envers Chypre, comme un endroit sûr pour placer de l'argent, va être réduite à néant ", a averti Anatoli Aksakov, de l'Association des banques régionales en Russie, tandis que le vice-président de cette association suggérait que le pays négocie avec Chypre un assouplissement, voire l'exemption de ces dispositions, en échange d'une aide financière supplémentaire. Moscou avait accordé en 2011 à l'île méditerranéenne un prêt de 2,5 milliards d'euros. Nicosie a ensuite sollicité un prêt supplémentaire de cinq milliards d'euros, mais celui-ci n'a pas été octroyé, Moscou estimant qu'il incombait à l'UE de trouver une solution.

En attendant la visite la semaine prochaine du ministre chypriote des Finances en Russie, la taxation exceptionnelle a trouvé de nouveaux adversaires de poids.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.