Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Ukraine : heurts et violences lors de la Gay Pride à Kiev

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
DLTFTV_MAM_5228672
APTN
Article rédigé par
France Télévisions

La seconde "marche pour l'égalité" a été interrompu par des nationalistes qui otn affronté la police, entraînant au moins six blessés et 25 arrestations.

Les militants des droits des homosexuels ont défilé samedi pour la deuxième fois de leur histoire en Ukraine, pays où l'homophobie reste répandue, lors d'une "marche pour l'égalité", qui a dégénéré en heurts avec des ultranationalistes et s'est achevée avec six blessés.

La marche, qui dès son annonce avait soulevé l'opposition de groupes ultranationalistes ukrainiens, a débuté samedi matin sur les rives du Dniepr, bien loin du centre de Kiev, sous haute protection policière. Pour des raisons de sécurité, les militants n'avaient communiqué le lieu du défilé aux participants et aux journalistes qu'au dernier moment. Pourtant, avant même son lancement, une vingtaine de militants ultranationalistes étaient déjà réunis non loin du lieu afin de perturber la marche. La plupart portaient des cagoules noires recouvrant leur visage. 

25 arrestations

Des heurts ont rapidement éclaté avec les forces de l'ordre. Les militants ont jeté des pierres, mais aussi des bennes à ordures sur la police. Cinq policiers ont été blessés, a indiqué le ministère de l'Intérieur, précisant que l'un d'eux se trouvait dans un état grave. Selon la police, 25 personnes ont été interpellées.

Malgré ces heurts, la "marche de l'égalité" pour soutenir les droits des LGBT a bien eu lieu et a duré une dizaine de minutes. Une centaine de militants, tous âges confondus, y ont participé, brandissant des drapeaux aux couleurs de l'arc-en-ciel et des pancartes. Le président ukrainien Petro Porochenko a de son côté témoigné son soutien à la "marche de l'égalité", tout en ajoutant ne pas souhaiter y participer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.