Vidéo Russie : la guerre des mots

Publié Mis à jour
Envoyé spécial. Russie : la guerre des mots
Article rédigé par
France Télévisions

Depuis le déclenchement de l’offensive militaire en Ukraine, le mot "guerre" est interdit dans les médias russes, et les réseaux sociaux occidentaux ont été bloqués. Comment les Russes sont-ils informés ? Quelle est leur vision du conflit ?

Que savent les Russes la guerre en Ukraine ? A quelles sources d'information ont-ils accès ? Depuis le début de l'offensive militaire, la Russie est un pays presque coupé du monde extérieur. Les principaux médias répètent inlassablement un même message : les soldats russes sont en Ukraine pour combattre les "nazis" et ne visent pas les civils. Ce discours est aujourd'hui majoritaire dans la population russe. Selon le sondage d'un institut présenté comme indépendant, 83% des Russes approuveraient l'action de Vladimir Poutine.

Deux nouvelles lois pour verrouiller l'information

En Russie, chaque jour, sur toutes les chaînes de télé et les radios, l'Occident est moqué, les médias étrangers accusés de diffuser de fausses informations. Donner un point de vue différent de celui du gouvernement est devenu impossible : deux nouvelles lois verrouillent totalement l'information au sujet de l'Ukraine. Il est désormais interdit d'employer le mot "guerre", il faut parler d'"opération spéciale" ; toute critique de l'armée est assimilable à la diffusion de fausses nouvelles et passible de quinze ans de prison. Les réseaux Facebook, Instagram et Twitter ont été bloqués, et le plus célèbre journal d'opposition, Novaïa Gazeta, s'est résolu à suspendre sa parution.

Un reportage de Virginie Vilar, Olivier Sibille, Adrien Bellay et Léo Lochmann diffusé dans "Envoyé spécial" le 28 avril 2022.

Le reportage est suivi d'un entretien avec Denis Kataev, journaliste russe, dans la voiture "Envoyé spécial".

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.