"Un immense honneur, une immense fierté", se réjouit Margaux Benn, prix Albert Londres pour ses reportages sur la guerre en Ukraine

La reporter franco-canadienne Margaux Benn a reçu le 84e prix Albert Londres pour une série de reportage sur la guerre en Ukraine. Elle en profite pour saluer le travail des journalistes ukrainiens qui ne bénéficient d'aucune "visibilité" à l'extérieur.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
En 2021, Margaux Benn avait reçu le prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre pour un reportage sur Kandahar, en Afghanistan. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

"Ça a été un immense honneur, une immense fierté", se réjouit mercredi 30 novembre sur France Inter Margaux Benn, qui a reçu le 84e prix Albert Londres mardi pour ses reportages sur la guerre en Ukraine publiés dans Le Figaro. Cette journaliste franco-canadienne de 34 ans assure avoir été "très surprise" par cette récompense qui lui paraît "encore irréelle". "Il y a quelques années, je n'osais même pas imaginer que ma petite personne puisse faire partie de cette famille Albert Londres", ajoute-t-elle avec humilité.

Margaux Benn tient à saluer le travail de ses confrères et consœurs ukrainiens. "Je ne pouvais pas accepter ce prix sans mentionner tous les journalistes qui travaillent en Ukraine sans avoir le luxe de pouvoir quitter leur pays et partir dans un pays en paix, sans avoir le luxe d'aspirer à de la reconnaissance ou à une médaille pour leur travail", raconte-t-elle. Elle regrette que ces journalistes ne disposent pas d'une "visibilité" en dehors de leur pays. Elle estime que leur "travail est pourtant plus difficile" de par la proximité qu'ils ont avec le conflit. "Ce sont leurs proches qui passent des mois durant dans des tranchées ; ce sont leurs proches qui sont mutilés, traumatisés, qui n'ont parfois plus d'appartement ou de maison parce qu'ils ont été bombardés ; c'est parfois leur propre famille qui a été profondément chamboulée par ce conflit, et pourtant ils continuent de travailler et ils travaillent bien", ajoute-t-elle.

Margaux Benn reconnaît avoir été "assez affectée par certains de [ses] reportages".

"Ce qui m'a le plus frappée, c'est ce mélange de bravade, d'intelligence, d'humour par lequel tous les Ukrainiens que j'ai rencontrés ont participé à l'effort de guerre."

Margaux Benn, 84e prix Albert Londres

à France Inter

Elle a réalisé trois séjours d'un mois en Ukraine, depuis le début de l'invasion russe et entend y retourner "tout bientôt".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.