Cet article date de plus de six ans.

Ukraine : pour le président ukrainien, les pourparlers avec Merkel et Hollande "laissent espérer un cessez-le-feu"

La chancelière allemande et le président français étaient à Kiev pour présenter leur plan de paix.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La chancelière allemande Angela Merkel, le président ukrainien Petro Poroshenko et le président français François Hollande, le 5 février 2015 à Kiev (Ukraine). (MYKOLA LAZARENKO / PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP)

La première étape du voyage diplomatique d'Angela Merkel et François Hollande est réussie. Leur plan de paix pour l'Est de l'Ukraine, présenté jeudi 5 février à Kiev (Ukraine), a été bien accueilli par les autorités ukrainiennes. Les pourparlers entre le président ukrainien, la chancelière allemande et le président français "laissent espérer un cessez-le-feu", a déclaré la présidence dans un communiqué alors qu'une déclaration conjointe des trois dirigeants prévue dans la soirée a été annulée.

Angela Merkel et François Hollande vont maintenant exposer leur plan à l'autre partie du conflit, la Russie, soutien des séparatistes qui combattent l'armée ukrainienne. Les deux dirigeants sont attendus à Moscou (Russie) vendredi. Cette double visite montre qu'ils ont mis tout leur poids dans ce plan de paix de la dernière chance, décidé dans l'urgence face à la détérioration d'un conflit qui a fait 5 300 morts en dix mois.

Les Etats-Unis réfléchissent à des livraisons d'armes

 "L'option de la diplomatie ne peut être prolongée indéfiniment", a reconnu François Hollande, en marquant cependant sa différence avec l'attitude des Etats-Unis : "la France ne rentre pas dans le débat sur la fourniture des armes à l'Ukraine". Parallèlement à ce voyage diplomatique, les Etats-Unis continuent en effet de réfléchir à la possibilité de livrer des armes à l'armée ukrainienne, qui accumule les revers dans les régions séparatistes de Donetsk et de Lougansk.

François Hollande et Angela Merkel avaient été précédés à Kiev par le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Ce dernier a douché les attentes du gouvernement ukrainien d'une annonce immédiate sur la livraisons d'armes létales à l'Ukraine en disant que Washington privilégiait "une solution diplomatique". Barack Obama qui "passe en revue toutes les options dont celle de la livraison d'armes défensives" prendra sa décision "prochainement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.