Ukraine : les orphelins de Donetsk, enjeu d'une bataille médiatique

Selon Unicef Ukraine, les insurgés pro-russes prévoient d'envoyer 136 enfants de l'est du pays en Russie. Pour les protéger, affirment-ils. Une opération que dénonce Kiev, et qui place ces jeunes au cœur de la propagande des deux camps. 

Des enfants de l\'orphelinat de Donetsk (Ukraine) sont réunis pour parler à des journalistes, lundi 14 juillet 2014. 
Des enfants de l'orphelinat de Donetsk (Ukraine) sont réunis pour parler à des journalistes, lundi 14 juillet 2014.  (DMITRY LOVETSKY / AP / SIPA)

Dans la guerre entre Kiev et les séparatistes pro-russes, toutes les munitions sont bonnes. Y compris lorsqu'il s'agit des orphelins des provinces de l'est du pays, qui se trouvent pris dans une bataille de propagande.

Les séparatistes tentent en effet de transférer les enfants placés dans les centres d'accueil de la région de Donetsk vers la Russie, pour, disent-ils, les éloigner des affrontements. Une initiative qui déplaît fortement à Kiev, qui accuse les rebelles et la Russie de kidnapper ces orphelins.

Les séparatistes organisent une centaine de départs forcés

Plusieurs ONG ont signalé que les autorités de la République populaire de Donetsk, qui a proclamé son indépendance le 7 avril dernier, prévoient d'envoyer une centaine d'orphelins en Russie. Selon Unicef Ukraine, joint par francetv info, 136 enfants sont concernés par ces départs forcés : 45 à Marïnka et 91 à Donetsk.

Les directeurs des deux établissements qui hébergent ces enfants, ainsi que le directeur d'un autre centre, à Amvrosssivka, ont ainsi été forcés de signer des papiers autorisant les départs des orphelins, rapporte le Toronto Star (en anglais). L'un d'entre eux aurait même été menacé avec une arme. Selon le quotidien canadien, les responsables des orphelinats craignent d'être tués par les rebelles s'ils envoient les jeunes vers une autre destination que la Russie.

La question des orphelins ukrainiens avait déjà provoqué la polémique en juin dernier. Un bus, à bord duquel se trouvaient une vingtaine d'enfants accompagnés de leurs tuteurs, avait été détourné le 12 juin, près de la ville de Snizhne. Selon l'Ambassade ukrainienne aux Etats-Unis (en anglais), des hommes armés ont transporté le groupe jusqu'à la Russie, où les enfants ont été accueillis dans un camp de réfugiés. Après des négociations entre les diplomates russes, ukrainiens et ceux de l'Union européenne, les orphelins ont été renvoyés dans leur pays d'origine le 14 juin.

Moscou dit vouloir les protéger des "bombes" ukrainiennes

Les séparatistes disent vouloir déplacer ces enfants afin de les éloigner des zones d'affrontements avec l'armée ukrainienne, rapporte l'Irish Times (en anglais). Une initiative qui fait écho à la campagne de propagande de Moscou, qui brandit les chiffres d'enfants réfugiés sur son territoire comme la preuve de l'échec du nouveau pouvoir en place à Kiev. 

"Chaque jour, la guerre civile menée par les politiciens de Kiev décuple les souffrances (...) et le nombre d'orphelins", affirme ainsi le délégué aux droits de l'homme russe, Pavel Astakhov. D'après lui, "des enfants ne devraient pas être retenus en otage à cause d'ambitions militaires et politiques." Selon la chaîne étatique Russia Today, 22 000 jeunes ukrainiens, dont 538 orphelins, auraient déjà traversé la frontière.  

Et lorsque l'Ukraine proteste contre les départs forcés de ses jeunes, la réponse ne se fait pas attendre. "La médiatrice ukrainienne nous demande de ne pas laisser les orphelins entrer en Russie, pensant sans doute qu'ils sont mieux sous les bombes", a tweeté, dimanche 13 juillet, le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine.

Les responsables des centres d'accueil ukrainiens doutent des intentions altruistes des pro-Russes. Ils craignent que les orphelins servent en fait de pions dans leur campagne de communication, explique l'Irish Times. "Ils essaient de prouver que seule la Russie se préoccupe de nous, et non l'Ukraine, témoigne Nastya Kasumova, une orpheline de 19 ans hébergée à Donetsk. Mais ils font cela dans leur propre intérêt."

L'Ukraine condamne ces "enlèvements" par les pro-Russes

Du côté de Kiev aussi, on s'est évidemment emparé de cette affaire. La déléguée aux droits de l'homme ukrainienne, Valeria Lutkovska, a publié une lettre ouverte (en anglais), dimanche 13 juillet, demandant au général russe en charge de la frontière de ne pas laisser entrer d'orphelins sur son territoire. Le ministère des Affaires étrangères ukrainien a, quant à lui, qualifié les tentatives de déplacer ces jeunes d'"offenses criminelles" et "d'enlèvements d'enfants".

Selon l'Ukraine, ces orphelins seraient admis en Russie "sans les papiers nécessaires" et donc en toute illégalité, rapporte Russia Today. Kiev considère en effet que les autorisations de quitter le territoire, signées sous la contrainte par les directeurs des établissements, sont irrecevables. L'Ukraine a prévenu que les organisations internationales pourraient être saisies si les jeunes passaient la frontière, en vertu de la Convention internationale des droits de l'enfant. 

Le gouvernement ukrainien entend lui aussi mettre ces orphelins à l'abri des affrontements, en les rapatriant dans une zone placée sous son contrôle, rapporte Associated Press. La majorité des jeunes hébergés dans les orphelinats publics de Donetsk et Louhansk ont déjà été déplacés à Kharkiv et Odessa au début du conflit armé, selon Unicef Ukraine.