Obama "très préoccupé" par les mouvements militaires en Ukraine

L'Ukraine a dénoncé la violation de son espace aérien par la Russie. Quelque 2 000 soldats russes auraient été aérotransportés sur le sol ukrainien, selon un haut-responsable local.

Des soldats, identifiés comme russes par le ministre de l\'Intérieur ukrainien, bloquent une route allant à l\'aéroport de Sébastopol, le 28 février 2014 en Ukraine. 
Des soldats, identifiés comme russes par le ministre de l'Intérieur ukrainien, bloquent une route allant à l'aéroport de Sébastopol, le 28 février 2014 en Ukraine.  (VASILIY BATANOV / AFP)

Nouvelle étape dans les tensions entre l'Ukraine et la Russie. "Nous assistons aujourd'hui à une invasion armée russe. (...) L'espace aérien [en Crimée] est fermé en raison du grand nombre d'atterrissages d'avions et d'hélicoptères russes", a déclaré le représentant du président ukrainien en Crimée, Serguiï Kounitsyne, à la chaîne de télévision ART, vendredi 28 février.

En réaction, le président américain Barack Obama a donné une conférence de presse dans la soirée. "Toute violation territoriale serait très grave (...) et représenterait une ingérence inacceptable sur une question qui doit être traitée par le peuple ukrainien", a-t-il déclaré. "Les Etats-Unis seront solidaires de la communauté internationale pour souligner qu'il y aura un coût à toute intervention militaire en Ukraine", a-t-il mis en garde. 

Si la Russie intervient militairement en Ukraine, Barack Obama et les dirigeants européens envisageraient de ne pas se rendre au sommet du G8 de Sotchi prévu par Moscou, selon un haut responsable américain.

L'Ukraine dénonce "une invasion armée russe"

Selon un haut-responsable local, 2 000 militaires russes ont ainsi été aérotransportés sur un aéroport militaire près de Simferopol. "Je m'adresse personnellement au président [Vladimir] Poutine, pour lui demander d'arrêter immédiatement son agression non dissimulée et de retirer ses militaires en Crimée", a déclaré le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov.

Vendredi, dans l'après-midi, un journaliste de France 2 avait constaté des mouvements de troupes également au sol.

L'Ukraine dénonce la violation de son espace aérien

Un peu plus tôt, l'Ukraine avait dénoncé la violation de son espace aérien par la Russie et demandé le retour immédiat des éléments concernés dans leurs bases, dans un communiqué publié sur le site du ministère des Affaires étrangères.

"Le ministère des Affaires étrangères ukrainien a protesté dans une note transmise à la Russie contre la violation de l'espace aérien ukrainien (...) et demandé le retour immédiat des militaires et de leurs véhicules dans leurs bases."

L'Ukraine dénonce le non-respect de l'accord conclu en 1997 entre Kiev et Moscou, qui détaille les règles selon lesquelles la flotte russe de la mer Noire est cantonnée dans le port de Sébastopol en Crimée, péninsule pro-russe du sud de l'Ukraine.

Séance du Conseil de sécurité des Nations unies

Le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt a appelé les forces russes à "immédiatement" retirer ses forces vers la zone de leurs bases normales. "Simféropol est clairement en dehors de cette zone", a-t-il écrit sur Twitter.

Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni vendredi soir pour une séance extraordinaire à huis clos consacrée à la situation en Ukraine, cela à la demande de Kiev, qui craint une sécession de la Crimée.

"Du fait de la détérioration de la situation dans la République autonome de Crimée, en Ukraine, qui menace l'intégrité territoriale de l'Ukraine (...), j'ai l'honneur de solliciter une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité conformément aux articles 34 et 35 de la charte des Nations unies", écrit l'ambassadeur ukrainien Iouri Sergueïev dans une lettre adressée a son homologue lituanienne Raimonda Mourmokaïte, dont le pays assure la présidence du Conseil.