Guerre en Ukraine : Kiev a repris près de 90 localités aux Russes ces dernières semaines

Publié Mis à jour
Guerre en Ukraine : Kiev a repris près de 90 localités aux Russes ces dernières semaines
France 2
Article rédigé par
M. Burgot, E. Delevoye, H. Horoks, D. Padalka, V. Hryshko - France 2
France Télévisions

La ville de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, pourrait être une reconquête très symbolique pour les hommes de Volodymyr Zelensky. Dans l'une des colonnes en action, l’équipe de France Télévisions a fait la rencontre d’un couple qui s’est rencontré sur le front. 

Une combattante sur la ligne de front, dans la région de Kherson. Tatiana est médecin et se bat avec son mari, dans la même unité. Leurs armes, ce sont des lance-roquettes multiples. Tapi dans les sous-bois, le bataillon attend les ordres. C’est l’offensive en cours, pour libérer la ville de Kherson. "J’étais déjà commandant dans une unité de grade, quand Tatiana a été transférée chez nous. On s’est rencontrés, on a commencé à combattre ensemble, et voilà, ça s’est passé comme ça", raconte le combattant. Un message de l’état-major leur parvient : il faut partir sur le champ. Leur mission : rejoindre une autre position au plus vite.

Une cible vient d’être repérée : une unité de soldats russes. L'installation se fait en quelques secondes, sur une route désertée à 19 km des positions ennemies. Les coordonnées de la cible sont ajustées. Tatiana gère la communication avec l’état-major et se tient prête à secourir si l’attaque tourne mal. Après les tirs, ils ont moins de trois minutes pour quitter les lieux. 

La perspective de revanche les fait tenir 

Ne pas être repérés par l’ennemi, c’est la seule alternative pour rester en vie. Ils arrivent ensuite sur une autre position de repli, dans les champs et attendent la prochaine cible. Vérification du positionnement des roquettes, café et souvenirs de ce mariage célébré en août dernier pendant deux jours de permission. "C’est plus facile pour moi. Maintenant, je sais toujours ce qu’il fait, et il sait toujours ce que je fais", dit Tatiana. "C’est vraiment mieux. Je sais que je peux l’aider si quelque chose arrive", ajoute son mari.

Sur ce front de Kherson, les forces ukrainiennes ont repris près de 90 localités aux Russes ces dernières semaines. L’unité de Tatiana et de son mari a donc le moral. "On va libérer Kherson. Mais après, il faudra nettoyer les lieux, chasser totalement l’ennemi, rétablir une vie normale", dit le commandant. Une perspective de revanche qui les fait tenir. Ils étaient déjà là, il y a presque huit mois, quand la ville est tombée aux mains des Russes.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.