L'Iran saisit deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe

Téhéran avait protesté peu de temps auparavant contre la saisie par la Grèce d'un navire transportant du pétrole iranien.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une photo publiée sur le site officiel de l'armée iranienne le 21 janvier 2022 montre des navires de guerre iraniens, russes et chinois lors d'un exercice militaire conjoint dans l'océan Indien (image d'illustration). (IRANIAN ARMY OFFICE / AFP)

Incident diplomatique en mer, sur fond de guerre en Ukraine. Les Gardiens de la Révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, ont annoncé vendredi 27 mai s'être emparés de deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe. Téhéran avait peu de temps auparavant protesté contre la saisie par la Grèce d'un navire transportant du pétrole iranien.

Le ministère grec des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué des actes "assimilables à de la piraterie" et appelé les citoyens grecs à éviter de se rendre en Iran.

Athènes a affirmé que des hélicoptères de la marine iranienne avaient hélitreuillé des hommes armés à bord des deux pétroliers. L'un d'eux, le Delta Poseidon, naviguait alors dans les eaux internationales au moment de l'intervention, selon le ministère grec des Affaires étrangères. Le second, qui n'a pas été nommé, se trouvait lui près des côtes iraniennes.

Athènes a indiqué que neuf Grecs font partie des équipages des deux navires, mais a refusé de donner le nombre total des marins à bord. L'Union européenne et l'Organisation maritime internationale ont été alertées de l'incident, a-t-il ajouté.

Un navire russe rempli de pétrole iranien immobilisé depuis avril

Plus tôt vendredi, l'Iran avait de nouveau appelé à "lever immédiatement" la saisie d'un navire transportant du pétrole iranien retenu depuis mi-avril par la Grèce sur demande des Etats-Unis. En vertu des sanctions européennes liées à la guerre en Ukraine, les autorités grecques ont saisi le 19 avril au large de l'île d'Eubée le pétrolier russe Pegas, rebaptisé quelques jours plus tard Lana.

Selon des informations à l'époque, le tanker transportait 115 000 tonnes de pétrole iranien. Mercredi, une porte-parole de la police portuaire grecque a annoncé que ce pétrole serait "transféré aux Etats-Unis (...) à la suite d'une demande de la justice américaine".

Téhéran accuse Washington de "violation claire du droit maritime et des conventions internationales" et appelle à "lever immédiatement la saisie du navire et de son chargement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.