Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky présentera des propositions de paix à la Russie seulement lorsqu'elles auront été "acceptées par tous"

Kiev ne transmettre de proposition de plan de paix à la Russie que lorsqu'elle sera "sur la table, accepté par tous et transparent pour les peuples", a déclaré le président ukrainien.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à Burgenstock (Suisse), le 15 juin 2024. (URS FLUEELER / AFP)

Chaque chose en son temps. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré qu'il ne ferait des propositions de paix à la Russie qu'une fois que celles-ci auront été agréées par la communauté internationale, samedi 15 juin.

"Lorsque le plan d'action sera sur la table, accepté par tous et transparent pour les peuples, alors il sera communiqué aux représentants de la Russie, afin que nous puissions vraiment mettre fin à la guerre", a déclaré le dirigeant ukrainien à l'ouverture du premier sommet de la paix en Ukraine, qui se tient ce week-end en Suisse, mais sans la Russie.

Vladimir Poutine "appelle à la reddition" de l'Ukraine

Vendredi, le président russe Vladimir Poutine "a avancé une proposition", réclamant notamment le retrait des troupes ukrainiennes dans les régions dont il revendique l'annexion depuis 2022. Mais il faut dire la vérité : il n'appelle pas à des négociations, il appelle à la reddition" de l'Ukraine, a déclaré la vice-présidente américaine Kamala Harris. "Un cessez-le-feu immédiat sans de sérieuses négociation" n'aboutirait qu'à "un autre conflit figé", a de son côté estimé le chancelier allemand Olaf Scholz.

Plusieurs autres pays ont jugé importante la participation de la Russie aux négociations de paix. "La Russie doit être à la table", a déclaré le président kényan, William Ruto, qui s'est réjoui que "pour la première fois on se retrouve pour parler de paix en Ukraine, plutôt que de la guerre en Ukraine", et a estimé qu'"un engagement en faveur de la paix rend inévitables certaines concessions fondamentales". "Tout processus crédible nécessitera la participation de la Russie", a insisté le ministre des Affaires étrangères saoudien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.