Guerre en Ukraine : toute médiation de paix impliquant une perte de territoire ou un gel du conflit sera refusée par Kiev

"Aucun plan ou initiative de paix, aucune médiation ne devrait impliquer une perte légale ou réelle de territoire ukrainien", a déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères ukrainien.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue portugais à Lisbonne le 19 mai 2023. (CARLOS COSTA / AFP)

L'Ukraine refuse toute médiation de paix avec la Russie qui n'écarterait pas d'entrée de jeu toute perte territoriale pour Kiev ou un arrêt des combats, a affirmé, vendredi 19 mai, à Lisbonne le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba.

"Aucun plan ou initiative de paix, aucune médiation ne devrait impliquer une perte légale ou réelle de territoire ukrainien", a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre avec son homologue portugais, Joao Gomes Cravinho. "Aucune initiative, aucune médiation ne devrait être basée sur la prémisse que nous devrions geler le conflit, puis voir ensuite ce qu'il se passe", a-t-il ajouté. 

"Solution politique"

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a rencontré vendredi à Jeddah le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, et l'a remercié de soutenir la souveraineté de l'Ukraine. Dès mars 2022, une semaine après le début de l'invasion russe, le dirigeant de la monarchie du Golfe avait appelé à trouver une "solution politique" au conflit et proposé sa médiation lors d'un entretien téléphonique avec le président russe, Vladimir Poutine.

"Toute médiation devra amener au rétablissement total de l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a souligné vendredi le chef de la diplomatie ukrainienne. Dmytro Kuleba a fait le déplacement à Lisbonne pour participer à la très confidentielle réunion Bilderberg, qui se tient cette année dans la capitale portugaise jusqu'à dimanche.

L'Ukraine, la Russie, l'Otan et les menaces transnationales sont parmi les thèmes des discussions de cette conférence privée, qui rassemble des personnalités politiques et économiques européennes et nord-américaines autour d'enjeux mondiaux. Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, et le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, figurent également sur la liste des quelque 130 participants dévoilée par les organisateurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.