Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : quatre questions après la mort en détention du Britannique Paul Urey dans le Donbass séparatiste

Le Britannique était présenté comme un mercenaire par les séparatistes de Donetsk, qui ont annoncé vendredi sa mort en détention. Son entourage décrit un humanitaire indépendant, venu en aide aux populations ukrainiennes.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Une installation aux couleurs de la république autoproclamée de Donetsk, le 20 février 2022. (ILYA PITALEV / SPOUTNIK / AFP)

"La Russie doit en porter l'entière responsabilité." Londres a demandé, vendredi 15 juillet, des comptes à Moscou après la mort du Britannique Paul Urey, annoncée quelques jours plus tôt par les forces séparatistes au pouvoir dans la région de Donetsk, en Ukraine. Celles-ci affirment qu'il est mort "de maladie et de stress" pendant sa détention. Il était accusé par les prorusses d'avoir "dirigé des opérations militaires, fait du recrutement et de la formation de mercenaires pour les bandes armées ukrainiennes". Franceinfo se penche sur les questions soulevées par cette mort.

Comment a-t-il été arrêté ?

La Légion internationale de défense de l'Ukraine, qui regroupe des combattants étrangers, avait déclaré à l'agence Interfax que Paul Durey était un travailleur employé par une organisation humanitaire. Dès le 29 avril, l'ONG Presidium Network, basée au Royaume-Uni, avait annoncé que deux travailleurs humanitaires indépendants qu'elle connaissait, Paul Urey et Dylan Healy, avaient été capturés par l'armée russe dans le sud de l'Ukraine, alors qu'ils cherchaient à évacuer une femme et deux enfants.

L'arrestation s'est déroulée le lundi 25 avril, selon Dominik Bryne, co-fondateur de l'ONG, qui avait alors accordé un entretien à la chaîne britannique ITV (en anglais). D'après lui, des soldats russes sont entrés au domicile de la femme que les deux Britanniques cherchaient à évacuer. Le mari aurait été contraint de s'allonger au sol, tandis que les militaires cherchaient les deux humanitaires, qualifiés d'"espions britanniques".

Que lui était-il reproché ?

Les autorités séparatistes de Donetsk affirment que le Britannique était un "militaire professionnel" qui avait auparavant combattu en Afghanistan, en Irak et en Libye. Il est accusé d'avoir mené des opérations en Ukraine, tout en jouant un rôle dans le recrutement et la formation de combattants étrangers pour le compte de Kiev.

Paul Urey est présenté par Presidium Network comme un père de famille de 45 ans, originaire originaire du nord de l'Angleterre, entre Manchester et Warrington. D'après l'ONG, il n'était pas engagé dans l'armée mais il a bien passé huit ans en Afghanistan en tant qu'entrepreneur civil.

Le Britannique Paul Urey interrogé en détention, dans un document diffusé par la télévision russe le 2 mai 2022. (ROSSIYA 1)

Une semaine après son arrestation, des images du Britannique menotté avaient été diffusées sur la chaîne Rossiya 1. Paul Durey y déclare s'être rendu en Ukraine pour vérifier si "la crise des réfugiés étaient vraiment aussi critique que ce qu'en disait le Royaume-Uni" et pour "montrer des preuves des mensonges des médias britanniques". Ces propos semblent peu spontanés : sa mère, Linda, estimait ainsi que son fils avait parlé sous la contrainte, dans un entretien à Sky News (en anglais).

Que sait-on de sa mort ?

La mère de Paul Urey avait assuré que son fils était en mission humanitaire, qu'il souffrait de diabète de type 1 et qu'il avait besoin d'insuline. "Il recevait une aide médicale adéquate. Malgré cela, au regard de son diagnostic et du stress, il est mort le 10 juillet", avait annoncé (en russe) une responsable séparatiste de la région de Donetsk.

Selon Daria Morozova, le défunt souffrait de diabète, de problèmes rénaux, respiratoires et cardiaques, ainsi que de détresse psychologique. Elle affirme que les autorités britanniques étaient informées de la détention de Paul Urey mais qu'elles n'auraient rien entrepris pour lui, ni même assuré le transfert de fournitures médicales par l'intermédiaire du Comité international de la Croix-Rouge.

L'ambassadeur russe au Royaume-Uni arrive au bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth à Londres, le 15 juin 2022, afin d'être interrogé sur la mort de Paul Durey. (MAXPPP)

Après l'annonce de la mort du Britannique, Londres a convoqué vendredi l'ambassadeur russe afin de lui demander des explications. Par ailleurs, le ministère britannique des Affaires étrangères affirme avoir évoqué la question avec Kiev et Moscou, dans un courriel transmis au Washington Post (en anglais). 

Y a-t-il d'autres détenus occidentaux ?

Le sort des deux prisonniers relance les inquiétudes sur les ressortissants étrangers capturés dans le Donbass. Ainsi, le territoire séparatiste de Donetsk, dont Moscou a reconnu l'indépendance juste avant son attaque du 24 février contre l'Ukraine, a déjà condamné deux autres Britanniques et un Marocain à la peine de mort. Ces trois hommes, eux, combattaient bel et bien : ils ont été capturés lors de la reddition générale des soldats ukrainiens de l'usine Azovstal de Marioupol.

>> Guerre en Ukraine : pourquoi les combattants étrangers capturés dans le Donbass risquent la peine de mort

Là encore, les autorités de Donetsk ont retenu le qualificatif de "mercenaires", privant ces soldats de la protection des conventions de Genève, alors même qu'ils se trouvaient aux côtés de l'armée ukrainienne. Les trois hommes ont introduit fin juin et début juillet un pourvoi auprès de la Cour suprême de la République autoproclamée de Donetsk. L'ONU a exprimé son inquiétude après la condamnation à mort de ces prisonniers de guerre, qui contrevient aux conventions de Genève.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.