Guerre en Ukraine : plus de 100 000 soldats russes ont été tués ou blessés depuis le début du conflit, selon les Etats-Unis

Pour le général américain Mark Milley, il existe aujourd'hui "une fenêtre d'opportunité pour la négociation" entre Kiev et Moscou.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des citoyens russes engagés militairement dans le cadre de la mobilisation partielle, à Moscou (Russie), le 10 octobre 2022. (STRINGER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Plus de 100 000 militaires russes ont été tués ou blessés depuis le début de l'invasion de l'Ukraine. C'est ce qu'a affirmé, mercredi 9 novembre, le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, ajoutant devant le New York Economic Club que les pertes étaient "probablement" du même ordre côté ukrainien. Les chiffres avancés par le général Milley, qui n'ont pas pu être confirmés de manière indépendante, sont les plus précis fournis à ce jour par Washington.

Le plus haut responsable militaire américain a également déclaré qu'il espérait des pourparlers pour mettre fin à la guerre, la victoire militaire n'étant peut-être possible ni pour la Russie ni pour l'Ukraine, selon lui. "Il doit y avoir une reconnaissance mutuelle que la victoire militaire n'est probablement pas, au sens propre du terme, réalisable par des moyens militaires, et qu'il faut donc se tourner vers d'autres moyens", a déclaré le général Milley. Selon lui, il existe "une fenêtre d'opportunité pour la négociation".

Ses commentaires interviennent alors que la Russie a ordonné mercredi à ses troupes de se retirer de la ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, un coup dur pour la campagne militaire du Kremlin. Mais Kiev a réagi avec prudence, jugeant peu probable que l'armée russe quitte cette ville stratégique sans se battre. Le président américain, Joe Biden, a quant à lui suggéré que ce retrait était la preuve que Moscou avait de "vrais problèmes" sur le champ de bataille.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.