Guerre en Ukraine : "On ne peut pas laisser Volodymyr Zelensky et la liberté perdre", lance Bono, le chanteur du groupe U2

Dans son livre autobiographique "Surrender" (éditions Fayard), le chanteur irlandais de U2, Bono, compare le président ukrainien à Martin Luther King, Nelson Mandela et Winston Churchill.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chanteur du groupe U2, Bono, sur France Inter, le 28 novembre 2022. (FRANCEINTER / RADIO FRANCE)

"On ne peut pas laisser Volodymyr Zelensky" et "la liberté perdre", lance lundi 28 novembre sur France Inter le chanteur du groupe U2, Bono, alors que la guerre en Ukraine est entrée dans son dixième mois le week-end dernier. Le leader du groupe de rock a sorti au début du mois son livre autobiographique Surrender (éditions Fayard), dans lequel il revient sur sa rencontre au printemps dernier avec le président ukrainien qu'il compare à Martin Luther King, Nelson Mandela et Winston Churchill. Bono rappelle que Volodymyr Zelensky était "acteur" avant d'être à la tête d'un pays en guerre et il juge cette transformation "remarquable".

Bono regrette le fait que "nous sommes dans un monde où le fascisme est de nouveau à la mode" dans certains pays. "On peut appeler ça le capitalisme d'État en Chine, on peut l'appeler comme on veut en Russie, mais c'est du fascisme", dénonce-t-il. Le chanteur de U2 considère que "la liberté est le mot plus enivrant qu'on ait dans notre lexique. Il ne faut pas le prendre comme acquis", lance-t-il. Il prend par ailleurs pour cible le président biélorusse Alexandre Loukachenko qu'il qualifie de "vieux mâle blanc".

Dans ses mémoires, le leader du groupe de rock décrit également sa rencontre avec le président français Emmanuel Macron. Sur France Inter, il le décrit comme un chef d'État qui "résout les problèmes" et "retrousse les manches". Il salue "son alacrité verbale, son acuité intellectuelle, ça ne se produit pas tout le temps". Bono assure que "tous les dirigeants du monde ne sont pas aussi intelligents. Ils savent parler, ils peuvent être chaleureux ou charismatiques, mais on a besoin d'un certain niveau intellectuel", précise-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.