Guerre en Ukraine : les Russes "me mettaient un sac plastique sur la tête", confie une ex-prisonnière ukrainienne

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Guerre en Ukraine : les Russes "me mettaient un sac plastique sur la tête", confie une ex-prisonnière ukrainienne -
Guerre en Ukraine : les Russes "me mettaient un sac plastique sur la tête", confie une ex-prisonnière ukrainienne Guerre en Ukraine : les Russes "me mettaient un sac plastique sur la tête", confie une ex-prisonnière ukrainienne - (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo - M. Guyard, A. Cohen, APTN
France Télévisions
franceinfo
Une ancienne prisonnière ukrainienne a livré un témoignage glaçant sur ses terribles cinq mois de captivité. Elle affirme avoir subi de la torture et du travail forcé de la part des Russes.

La Russie construit des prisons sur son sol et dans les territoires qu'elle occupe pour y enfermer des civils ukrainiens, en violation totale des conventions de Genève. Derrière les murs, les civils endurent la torture, la violence psychologique et le travail forcé. Olena Yahupova, une ancienne prisonnière ukrainienne, essaye de se relever de ses terribles cinq mois de captivité. "Ils m'ont attaché les mains et les pieds à une chaise de bureau, et m'ont frappée sur la tête avec une bouteille de deux litres d'eau", raconte-t-elle.

Près de 10 000 civils ukrainiens pourraient être prisonniers

"Ils me mettaient un sac plastique sur la tête, fixé avec du ruban adhésif autour de mon cou. L'un d'eux m'a pincé le nez à travers le sac pour que je ne puisse plus respirer", poursuit Olena Yahupova. Elle a été torturée, mais aussi contrainte de creuser pendant des heures avec d'autres prisonniers des tranchées pour l'armée russe à Zaporijia (Ukraine). "Il fallait creuser du matin jusqu'au soir, parfois jusqu'à 4 heures du matin", confie-t-elle. Le gouvernement ukrainien estime qu'environ 10 000 civils pourraient être prisonniers. Près de 400 ont été libérés, à la faveur d'échanges avec des soldats russes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.