Guerre en Ukraine : la Russie interdit l'entrée sur son territoire de 500 citoyens américains, dont Barack Obama

Parmi les personnalités qui se verront désormais interdire l'entrée sur le territoire russe figurent également des présentateurs ou animateurs de chaînes de télévision aux Etats-Unis.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien président américain Barack Obama est affecté par l'interdiction d'entrée de 500 citoyens américains imposée par la Russie. A New-York, aux Etats-Unis, le 17 novembre 2022. (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Retour d'ascenseur de la part de Moscou. La Russie a annoncé, vendredi 19 mai, qu'elle interdisait l'entrée sur son territoire à 500 Américains, dont l'ex-président Barack Obama, en représailles aux sanctions imposées contre elle par Washington. Cette annonce de la Russie intervient alors que les Etats-Unis ont placé vendredi "plus de 300" personnes, entreprises, navires et avions, à travers l'Europe, le Moyen-Orient et l'Asie, sur leur liste noire, selon le Trésor et le département d'Etat.

"Washington devrait savoir depuis longtemps qu'aucune action hostile envers la Russie ne sera laissée sans réponse", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères. La Russie a fait savoir qu'elle plaçait sur sa liste noire des membres du Congrès américain, des instituts de recherche "impliqués dans la diffusion d'attitudes russophobes et des fausses informations", ainsi que les responsables de compagnies qui "fournissent des armes à l'Ukraine".

Stephen Colbert, Jimmy Kimmel…

Parmi les personnalités qui se verront désormais interdire l'entrée sur le territoire de la Russie figurent également des présentateurs ou animateurs de plusieurs chaînes de télévision américaines : Stephen Colbert, Jimmy Kimmel et Seth Meyers, ou encore Erin Burnett (CNN), Rachel Maddow et Joe Scarborough (MSNBC).

L'association de défense de l'environnement Greenpeace a elle aussi été qualifiée d'organisation "indésirable" sur le territoire russe, une décision "absurde" selon l'ONG. La Russie a précisé, dans le même communiqué, qu'elle interdisait de nouveau une visite consulaire au journaliste américain Evan Gershkovich, arrêté en mars, après le refus de Washington de délivrer des visas à certains journalistes russes en avril. Depuis le début de l'offensive en Ukraine, les autorités russes ont fortement accéléré la répression des voix critiques. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.