Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : des civils ukrainiens résistent face à l’occupation russe

Publié Mis à jour
Guerre en Ukraine : des civils ukrainiens résistent face à l’occupation russe
Guerre en Ukraine : des civils ukrainiens résistent face à l’occupation russe Guerre en Ukraine : des civils ukrainiens résistent face à l’occupation russe
Article rédigé par France 2 - M.De Chalvron, F.Le Moal, A.Kononenko, J.Cordier
France Télévisions
France 2

À Tchernihiv, dans le nord de l’Ukraine, près de la frontière biélorusse, ce sont des civils qui ont empêché les forces russes de passer. Les équipes de France Télévisions sont allées à la rencontre de ceux qui sont ainsi devenus des héros.

Dans le nord de la ville de Tchernihiv (Ukraine), défigurée par les bombardements, il reste partout des traces de la débâcle de l’armée russe. Elle est restée un mois dans cette zone désormais libérée. Toute une région s’est soulevée contre l’occupant, dès le premier jour. À l’entrée de la ville, une manifestation de 2 000 personnes s’est tenue le 25 février dernier, en protestation contre les soldats russes. Une discussion s’est engagée. "On leur a dit que personne ne voulait d’eux, qu’on avait une très belle vie sans eux (...), qu’il fallait qu’ils rentrent", raconte un Ukrainien. Les soldats russes sont restés, mais la manifestation a eu lieu sans violences.

Le courage de la population locale a fait fuir les soldats

Ce sont des actes de bravoure qui marquent les esprits, à l’image d’Anatoly Koulgeika, qui était recherché par les soldats russes. "Il avait la liste de tous ceux qui avaient des armes en villes", explique un Ukrainien. Lorsque les soldats russes sont arrivés chez lui, Anatoly a préféré se faire exploser avec une grenade plutôt que de leur livrer des informations. "Je comprends pourquoi il a fait ça, mais je ne voulais pas que ça lui arrive", dit en pleurant sa femme. Les habitants de Ripky (Ukraine), aujourd’hui libérés, viennent voir les restes des véhicules militaires russes explosés. "Le rejet et le courage de la population locale ont contribué également à les faire fuir, une donnée que les Russes avaient certainement sous-estimée", conclut le journaliste Marc de Chalvron.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.