Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du 20 avril 2023

A l'occasion d'une visite à Kiev du secrétaire général de l'Otan, le président ukrainien a plaidé pour l'adhésion de son pays à l'alliance militaire.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le chef de l'OTAN, Jens Stoltenberg, à gauche, serre la main du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à la fin d'une conférence de presse conjointe à Kiev, le 20 avril 2023. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Pour la première fois depuis le début du conflit, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan, a posé le pied en Ukraine. Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a réitéré son appel en faveur d'une entrée de son pays dans l'alliance militaire occidentale. Franceinfo revient sur les faits marquants de la journée du 20 avril sur le front de la guerre. 

Le patron de l'Otan se rend à Kiev 

Il s'agit du premier déplacement du secrétaire général de l'Otan en Ukraine depuis le début de la guerre. Sur des images partagées par le Kyiv Independent, on peut voir Jens Stoltenberg se recueillir sur la place Saint-Michel de Kiev, devant un mémorial en l'honneur des militaires ukrainiens tués au combat. Le patron de l'alliance militaire a promis que la question de l'adhésion de l'Ukraine serait discutée lors d'un sommet à Vilnius (Lituanie) en juillet.

Volodymyr Zelensky veut adhérer à l'Otan

A l'occasion de la visite du secrétaire général de l'Otan, le président ukrainien a fait passer une demande. Volodymyr Zelensky a estimé qu'"il était temps" que l'Otan accueille l'Ukraine dans ses rangs. Depuis le début de l'invasion russe, l'alliance militaire occidentale a affiché son soutien à l'Ukraine et ses Etats membres fournissent à Kiev des équipements militaires et des armes pour combattre l'armée russe. Une aide saluée mais jugée encore insuffisante par le président Volodymyr Zelensky.

De nouveaux chars vont être livrés

Le Danemark et les Pays-Bas vont acheter 14 nouveaux chars Leopard 2 afin de les donner à l'Ukraine, qui réclame plus d'armes lourdes, a annoncé le ministère de la Défense danois. Les chars seront fournis à partir de "début 2024", précise-t-il. Ils coûteront 165 millions d'euros, des frais "partagés à parts égales" entre les deux pays. "Depuis le début de l'invasion, le Danemark soutient le combat de l'Ukraine pour la liberté et nous continuerons à le faire", se félicite le ministre Troels Lund Poulsen dans un communiqué.

L'UE réclame la libération d'opposants

Le Parlement européen a fermement condamné la peine "à caractère politique" infligée à l'opposant russe Vladimir Kara-Mourza et réclamé sa libération, ainsi que celle d'Alexeï Navalny, s'inquiétant de la "rapide détérioration" de l'état de santé des deux hommes. Le premier, Vladimir Kara-Mourza, a été condamné à 25 ans de prison par un tribunal de Moscou, notamment pour "haute trahison". Le deuxième, Alexeï Navalny, déjà incarcéré, est sous le coup de nouvelles poursuites pénales depuis mardi.

Macron s'est entretenu avec Biden

Emmanuel Macron et Joe Biden ont convenu "de l'importance" de la Chine pour contribuer "à moyen terme à la fin du conflit", selon l'Elysée. Le chef de l'Etat français, qui s'est entretenu avec son homologue américain au téléphone de sa récente visite en Chine, lui a aussi réaffirmé sa volonté de voir les Européens continuer à "se réarmer pour assumer leurs responsabilités dans le partage de fardeau de la sécurité transatlantique", d'après un communiqué de la présidence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.