Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky accuse Moscou de préparer un "attentat terroriste" à la centrale de Zaporijjia, occupée par les Russes

Le Kremlin a immédiatement rejeté l'accusation, évoquant un "mensonge".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
La centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine, le 15 juin 2023. (OLGA MALTSEVA / AFP)

Le président ukrainien sonne l'alarme. Volodymyr Zelensky a accusé jeudi 22 juin la Russie de préparer un "attentat terroriste" impliquant une fuite "de radiations" à la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée par les troupes russes dans le sud de l'Ukraine.

"Ils ont tout préparé pour cela", a déclaré sur Telegram Volodymyr Zelensky dont le pays avait été le théâtre du pire accident nucléaire de l'histoire après l'explosion d'un réacteur à la centrale de Tchernobyl. "Nous transmettons ces informations à tous nos partenaires dans le monde entier, toutes les preuves", a-t-il poursuivi. "Le monde est prévenu, le monde peut et doit agir", a-t-il exhorté.

La centrale visée par des tirs à plusieurs reprises

"C'est un nouveau mensonge. On vient juste d'avoir des contacts avec l'Agence internationale de l'énergie atomique", a réagi auprès de la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Rafael Grossi, directeur de l'organe onusien, est attendu en Russie vendredi. Il s'est rendu la semaine dernière dans la centrale ukrainienne, la plus grande d'Europe.

Cette installation se trouve au cœur de la guerre lancée par la Russie contre l'Ukraine en février 2022. Tombée aux mains de l'armée russe le 4 mars 2022, la centrale a été visée par des tirs et a été coupée du réseau électrique à plusieurs reprises. Selon Kiev, la Russie a placé des troupes et armes dans son enceinte.

La destruction en mai du barrage de Kakhovka située dans la zone du sud occupée par la Russie a suscité des inquiétudes pour la pérennité du bassin servant à refroidir les six réacteurs de la centrale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.