Guerre en Ukraine : "Nous serons à vos côtés" jusqu'à ce que "l'Ukraine gagne", déclare le Premier ministre britannique en visite à Kiev

Rishi Sunak s'est rendu dans la capitale ukrainienne samedi pour "confirmer le soutien" du Royaume-Uni au pays.

Le Premier ministre, Rishi Sunak, et le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le 19 novembre 2022 à Kiev (Ukraine).
Le Premier ministre, Rishi Sunak, et le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le 19 novembre 2022 à Kiev (Ukraine). (SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE UKRAINIENNE / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une visite symbolique. Le nouveau Premier ministre britannique, Rishi Sunak, s'est rendu à Kiev, samedi 19 novembre, pour "confirmer le soutien" du Royaume-Uni à l'Ukraine, a annoncé Downing Street. Le pays continuera à soutenir Kiev dans sa guerre avec la Russie. "Nous resterons à vos côtés jusqu'à ce que l'Ukraine ait gagné la paix et la sécurité dont elle a besoin et qu'elle mérite", a-t-il déclaré devant le président Volodymyr Zelensky, selon une vidéo publiée sur Telegram par la présidence ukrainienne. Ce direct est terminé.

Kiev vérifie l'authenticité de vidéos sur des exécutions présumées de soldats russes.  Selon Moscou, ces vidéos prouvent que l'Ukraine a exécuté plusieurs soldats russes qui s'étaient rendus. "Avant de lancer une enquête, il faut qu'il y ait une base pour cela. Nous sommes en train d'établir si ces vidéos sont des faux", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'état-major ukrainien, Bogdan Senyk. La Russie a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir exécuté "brutalement" plus de dix de ses militaires qui avaient déposé les armes, dénonçant un "crime de guerre".

Un premier train en provenance de Kiev est arrivé à Kherson. Cette grande ville du sud de l'Ukraine n'est plus sous occupation russe depuis le 9 novembre et ses habitants ont célébré, samedi, l'arrivée du premier train dans la gare depuis le début du conflit fin février. Ce train est parti de Kiev et a permis des retrouvailles familiales, comme le montrent des vidéos d'un journaliste de franceinfo présent sur place. 

Moscou dénonce une décision "provocatrice et sans précédent" de la Pologne. La Russie a dénoncé samedi la décision de Varsovie de refuser l'entrée sur le territoire polonais au ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, pour une réunion des chefs de la diplomatie de l'OSCE. "Non seulement Varsovie s'est discréditée de cette manière, mais elle a porté un préjudice irréparable à l'autorité de toute l'Organisation" pour la sécurité et la coopération en Europe, estime le communiqué russe

Volodymyr Zelensky opposé à une "courte trêve" avec la Russie. Selon le président ukrainien, une telle trêve permettrait à Moscou d'avoir "un répit pour reprendre des forces", a-t-il déclaré vendredi. "Une paix vraiment réelle, durable et honnête ne peut venir que de la destruction complète de l'agression russe", a-t-il ajouté.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

15h45 : Hier, la Russie a accusé l'armée ukrainienne d'avoir exécuté plus de dix soldats russes qui s'étaient rendus, dénonçant un "crime de guerre". Les vidéos de cette scène ont été "confiées à des spécialistes" pour s'assurer de leur authenticité, répond aujourd'hui l'état-major ukrainien. Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'ONU a déclaré : "Nous avons connaissance de ces vidéos et les examinons". Il a souligné que, le cas échéant, les coupables devaient répondre de leurs actes.

16h42 : "Nous resterons à vos côtés jusqu'à ce que l'Ukraine ait gagné la paix et la sécurité dont elle a besoin et qu'elle mérite", a promis le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, en visite à Kiev pour y rencontrer le président Zelensky, selon une vidéo communiquée par la présidence ukrainienne.

14h57 : Look who's meeting with Zelenskiy in Kyiv today: British Prime Minister @RishiSunak (source: https://t.co/BdTlCLBdz6) https://t.co/VoKQDaZs8j

16h28 : Le nouveau premier ministre britannique, Rishi Sunak, est à Kiev pour visite qui n'avait pas été annoncée. "Depuis les premiers jours de la guerre, l'Ukraine et le Royaume-Uni sont les alliés les plus puissants", commente le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, sur Telegram, où il partage des images de leur rencontre.

16h20 : Le gouvernement espagnol annonce l'envoi de 14 nouveaux générateurs électriques en Ukraine, en réponse aux attaques russes contre les infrastructures énergétiques du pays. Hier, Kiev avait demandé à l'Union européenne un "soutien supplémentaire" à l'approche de l'hiver.

14h09 : "La décision de la Pologne (...) est provocatrice et sans précédent", s'insurge la diplomatie russe au lendemain de la décision de Varsovie de refuser à Sergueï Lavrov l'entrée sur son territoire. Le ministre des Affaires étrangères russe souhaitait se rendre, début décembre, à une réunion des chefs de la diplomatie des différents pays de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Lodz. La Pologne estime que la délégation russe ne peut pas inclure de personnes sanctionnées par l'UE.

16h16 : Selon une étude de l'université américaine de Yale (Connecticut), 226 personnes ont été victimes de détentions extrajudiciaires ou de disparitions forcées à Kherson pendant l'occupation russe. La moitié "ne semble pas avoir été libérée", affirme le rapport du Conflict Observatory, un groupe de recherche soutenu par la diplomatie américaine.

16h15 : L'Otan a dénoncé l'attitude de deux avions de chasse russes qui ont "approché dangereusement et de façon non-professionnelle" des navires de l'Alliance qui effectuaient une opération de routine en mer Baltique. L'incident a eu lieu mardi. La Russie ne l'a pas commenté.

16h13 : Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a balayé hier l'idée d'un cessez-le-feu avec la Russie, hier : "La Russie recherche désormais une courte trêve, un répit pour reprendre des forces. On pourrait y voir la fin de la guerre, mais un tel répit ne fera qu'empirer la situation", a-t-il déclaré lors d'une intervention en visioconférence à un forum international sur la sécurité au Canada. "Une paix vraiment réelle, durable et honnête ne peut venir que de la destruction complète de l'agression russe", a-t-il ajouté.

10h32 : Anya était dans le train Kiev- Kherson. Elle retrouve ses parents qu'elle n'a pas vu depuis le 7 janvier. #Ukraine️ https://t.co/G1RnesF0Qj

10h32 : 10:03 Arrivée du train en gare de #Kherson voie 1.Le premier train depuis le début de la guerre. #Ukraine https://t.co/43jp3n8mza

15h33 : Notre journaliste Gilles Gallinaro a assisté à l'arrivée à Kherson du premier train ukrainien depuis la libération il y a une semaine. Il est parti hier soir de Kiev.

09h37 : Le sommet du forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) s'est terminé par une déclaration commune de ses membres, qui condamnent "pour la plupart" la guerre en Ukraine. Elle a dû être approuvée par les 21 Etats qui en font partie, dont la Chine et la Russie, bien qu'on imagine qu'ils aient fait partie des voix discordantes mentionnées par le communiqué : "Il y avait d'autres points de vue et des évaluations différentes de la situation et des sanctions".

15h21 : Commençons par rappeler les principales infos de ces dernières heures :

Les négociations au sommet pour le climat sont (théoriquement) entrées dans leur dernier jour, après avoir été prolongées en quête d'un accord.

L'Ukraine a demandé hier l'aide de l'Union européenne après la destruction de près de la moitié de ses infrastructures énergétiques par les forces russes. Moscou accuse de son côté des militaires ukrainiens de "crime de guerre".

• Kim Jong-un a menacé de recourir à la bombe atomique en cas d'attaque nucléaire contre la Corée du Nord, alors que son pays a tiré un nouveau missile intercontinental.