Référendums d'annexion en Ukraine : "Nous agirons pour protéger notre peuple", promet Volodymyr Zelensky

Le président ukrainien s'exprimait après le résultat des référendums d'annexion  organisés par la Russie et dénoncés par Kiev.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à Kiev (Ukraine), le 8 septembre 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à Kiev (Ukraine), le 8 septembre 2022. (UKRAINIAN PRESIDENCY / HANDOUT / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Peu après l'annonces des autorités prorusses de la victoire du "oui" à l'annexion de quatre régions ukrainiennes, Volodymyr Zelensky a pris la parole. Le président ukrainien a affirmé mardi 27 septembre que l'Ukraine "agira pour défendre son peuple" dans les régions occupées. Le chef de l'Etat considère d'ailleurs qu'il est impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après ces référendums d'annexion. Ce direct est maintenant terminé.

Les autorités prorusses revendiquent la victoire du "oui" à l'annexion. Les autorités d'occupation prorusses des régions de Zaporijjia, de Kherson, de Louhansk et de Donetsk ont affirmé, mardi 27 septembre, que le "oui" l'avait emporté lors des référendums d'annexion. Ces opérations de vote étaient organisées par Moscou dans quatre régions du sud et de l'est de l'Ukraine, alors que la communauté internationale a condamné ces référendums. 

Des référendums d'annexion considérés comme "illégaux" par l'UE. Les référendums d'annexion organisés par la Russie dans quatre territoires ukrainiens sont considérés comme "illégaux" par l'Union européenne, a affirmé, plus tôt dans la journée, un porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Peter Stano. "Il y aura des conséquences pour toutes les personnes qui ont pris part à l'organisation", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

 La France et les Etats-Unis promettent des sanctions "sévères". Ces sanctions devraient être à la fois "individuelles" et dirigées "vers des secteurs qui n'étaient pas encore sous sanctions" jusqu'ici, a précisé la ministre des Affaires étrangères française Catherine Colonna, qui a estimé que ces référendums étaient une "mascarade". Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine, a réaffirmé que les Etats-Unis et leurs alliés prendraient en représailles de nouvelles et "sévères" sanctions contre la Russie.

Moscou ne demandera pas l'extradition des Russes fuyant la mobilisation. Alors qu'un exode massif a lieu notamment vers la Georgie et le Kazakhstan depuis la mobilisation partielle décrétée le 21 septembre par le président Vladimir Poutine, la Russie a fait savoir qu'elle ne solliciterait pas de gouvernements étrangers pour obtenir l'extradition des déserteurs. En Géorgie, le ministère de l'Intérieur a déclaré compter près de 10 000 arrivées par jour. Son homologue kazakh a assuré que 98 000 citoyens russes étaient arrivés dans le pays depuis le 21 septembre. Le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev a apporté, mardi 27 septembre, son soutien aux déserteurs, assurant que son pays les protégera.

 En France, une cellule d'enquêteurs dédiée aux crimes de guerre en Ukraine. Cette cellule a été constituée au sein de l'office chargé des crimes contre l'humanité (OCLCH) afin de centraliser les dossiers concernant des soupçons de crimes de guerre perpétués dans ce pays, a expliqué le général Reiland, patron de l'office. Actuellement chargée des sept affaires ouvertes en France concernant des faits commis en Ukraine et impliquant des ressortissants français, cette structure traite également des mains courantes déposées par des réfugiés ukrainiens dans les commissariats ou les brigades de gendarmerie. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h54 : Bonsoir @gilles du vez Selon les autorités danoises, il faudra déjà "au moins une semaine" pour que le gaz s'échappe totalement des gazoducs endommagés. Quant à la réparation de ces infrastructures, elle semble peu probable dans ce contexte de guerre de l'énergie. Des sommes considérables seraient en effet nécessaires pour reconstruire les tubes qui se sont remplis d'eau ces dernières heures, a expliqué à l'AFP Thierry Bros, expert en énergie et enseignant à Science-Po Paris. "Ça sera impossible de les remettre en état (...) c'est assez peu imaginable de dépenser autant d'argent pour essayer de réparer des tuyaux qui nous relient à la Russie", a-t-il estimé.

23h53 : Sait on en combien de temps on pourrait réparer le gazoduc ? Merci

23h03 : Spoke to @Statsmin Frederiksen on the sabotage action #Nordstream.Paramount to now investigate the incidents, get full clarity on events & why. Any deliberate disruption of active European energy infrastructure is unacceptable & will lead to the strongest possible response.

23h04 : "Il est primordial d'enquêter sur les incidents et de faire toute la lumière sur les événements et leurs causes. Toute perturbation délibérée de l'infrastructure énergétique européenne active est inacceptable et entraînera la réponse la plus ferme possible."

Dans un message publié sur Twitter, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré s'être entretenue avec le gouvernement danois. Elle a estimé que les fuites sur les gazoducs Nord Stream en mer Baltique étaient un "acte de sabotage".

22h58 : Pour rappel, trois des quatre régions ukrainiennes sous occupation de l'armée russe consultées ont déjà annoncé la victoire du "oui" lors de ces référendums traitant de l'annexion de ces territoires à la Russie ; Zaporijjia, Kherson et Louhansk. Suivez notre direct.

22h55 : Kiev ne mènera pas de pourparlers avec Moscou après l'organisation de ces "référendums" d'annexion. "La reconnaissance par la Russie des 'pseudo-référendums' comme 'normaux', la mise en uvre du (même) scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe", a déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

22h53 : "La souveraineté et l'intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées", a déclaré l'ambassadeur chinois à l'ONU, Zhang Jun. Ce message de Pékin survient après les "référendums" d'annexion en Ukraine. "La Chine a pris note des dernières évolutions de la situation en Ukraine", a fait savoir le représentant de ce pays parfois accusé par les Occidentaux d'être trop conciliant avec la Russie.

23h08 : "Laissez-moi répéter que les Nations unies restent totalement engagées envers la souveraineté, l'unité, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, au sein de ses frontières internationalement reconnues."

En ouverture d'une réunion du Conseil de sécurité sur les "référendums" d'annexion en Ukraine qui s'est tenue plus tôt dans la journée, la secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques a martelé le soutien des Nations unies à l'Ukraine. Prenant la parole par message vidéo lors de cette réunion, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avait quant à lui dénoncé des "parodies de référendums".

22h02 : Des kilomètres de bouchons à l'approche de la frontière avec la Géorgie. Des centre de recrutement militaires attaqués. Et des Russes qui manifestent dans les rues. Après l'annonce de la mobilisation partielle en Russie, le sujet de nos confrères du "20 heures" de France 2 témoigne de l'opposition de citoyens russes exaspérés par cette accélération du conflit en Ukraine.

21h54 : A Louhansk, la commission électorale, citée par les agences russes Ria Novosti et Interfax, a déclaré que 98,42% des électeurs avaient voté pour le rattachement à la Russie, après le dépouillement de 100% des bulletins de vote. Plus tôt dans la journée,les pays occidentaux ont dénoncé la "mascarade" de ces référendums d'annexion, promettent des sanctions "sévères" contre Moscou. Suivez notre direct.

21h47 : C'est au tour des autorités prorusses de la région de Louhansk d'annoncer la victoire du "oui", dans le référendum d'annexion à la Russie, en cours dans quatre régions d'Ukraine occupées par l'armée russe.

21h44 : Après Zaporijjia, au tour de Kherson. Les autorités d'occupation prorusses de cette région du sud de l'Ukraine, ont annoncé la victoire du "oui" au "référendum" d'annexion par la Russie. Elles ont affirmé que 87,05% des électeurs avaient voté pour le rattachement à la Russie, après le dépouillement de 100% des votes, lors de ce scrutin dénoncé comme illégitime par Kiev et les pays occidentaux.

21h34 : Bonsoir @Tim et @Kat. Pour l'instant, les autorités danoises estiment que les conséquences environnementales sur la faune et la flore maritimes sont limitées : "Le méthane ne se dissout pas non plus dans l'eau, il n'y a donc heureusement rien à craindre", a affirmé à l'AFP le ministère danois de l'Environnement. En revanche, les conséquences sont très importantes en terme d'émissions de gaz à effet de serre. Les fuites vont libérer "plusieurs millions de tonnes d'équivalent CO2" dans l'atmosphère, selon Sasha Müller-Kraenner, de l'ONG environnementale allemande DUH.

21h29 : Bonsoir ! Ces fuites de gaz peuvent-elles avoir un impact sur la faune marine ? Merci

21h29 : Surtout, est-ce que le gaz qui s'échappe en mer des pipelines peut avoir une conséquence écologique sur l'environnement aquatique ambiant ? Genre comme une marée noire ? Merci.

21h28 : Les fuites identifiés sur les gazoduc Nord Stream 1 et 2 sont le fruit "d'actes délibérés", a déclaré la Première ministre danoise, Mette Frederiksen. En revanche, cette dernière s'est refusée à désigner un coupable à ce stade : "Il n'y a pas encore d'information nous disant quelque chose sur les responsables", a-t-elle ajouté. Côté américain, Washington s'est refusé à "confirmer" un acte de sabotage.

21h22 : Les autorités d'occupation prorusses de la région de Zaporijjia revendiquent la victoire du "oui" au référendum d'annexion par la Russie. La commission électorale de cette région du sud du pays a affirmé que 93,11% des électeurs avaient voté pour le rattachement à la Russie, après le dépouillement de 100% des bulletins de vote, tout en précisant qu'il s'agissait pour l'heure de résultats préliminaires. Ce scrutin est par ailleurs dénoncé comme illégitime par Kiev et les pays occidentaux.

20h32 : Lors d'une conférence de presse du gouvernement, le ministre de l'Energie et du Climat a quant à lui estimé que ces fuites de gaz devraient durer "au moins une semaine", à savoir, jusqu'à épuisement du méthane qui s'échappe des conduites sous-marines. Voici ce que l'on sait de ces fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2. Vue aérienne publiée le 27 septembre 2022 par les forces armées danoises et montrant la fuite de gaz sur le gazoduc Nord Stream 2, au large de l'île baltique danoise de Bornholm.  (DANISH DEFENCE / AFP) (DANISH DEFENCE / AFP)

20h29 : Les fuites sur les gazoducs Nord Stream sont dues à "des actes délibérés" et "pas à un accident", déclare la Première ministre danoise, Mette Frederiksen.

20h23 : S'agit-il d'échapper à la mobilisation ? Les citoyens russes ont été de 30% plus nombreux la semaine dernière à entrer sur le territoire de l'Union européenne, comparé la semaine précédente, selon l'Agence européenne des frontières, Frontex. "Environ 66 000 citoyens russes sont entrés dans l'UE au cours de la semaine écoulée", annonce-t-elle dans un communiqué.

20h14 : Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, le secrétaire d'Etat américain, Anthony Blinken, la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna... Les réactions occidentales se sont multipliées pour dénoncer les référendums d'annexion organisés par la Russie dans quatre régions ukrainiennes. Nous les avons compilées dans cet article. La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, à Kiev (Ukraine), le 27 septembre 2022. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

20h05 : Voici les principaux titres de ce début de soirée :

• #ENERGIE Trois fuites ont été découvertes sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 qui relient la Russie à l'Allemagne, au large d'une île danoise. Le premier est à l'arrêt, le second n'a jamais été inauguré. Le Danemark a laissé entendre qu'il soupçonnait un sabotage, tout comme la Russie. Voici ce que l'on sait de ces fuites.

• Les référendums d'annexion par la Russie de quatre régions d'Ukraine partiellement occupées se terminent aujourd'hui. Des résultats très partiels sur les bureaux installés en Russie font état, sans surprise, d'une large avance du "oui". Mais des voix s'élèvent déjà parmi les soutiens de l'Ukraine pour déclarer ne pas reconnaître le résultat de ce scrutin. Suivez notre direct.

Une enquête pour "détournement de fonds publics" a été ouverte au sujet de la campagne présidentielle de Valérie Pécresse. Elle résulté d'un signalement de l'écologiste Julien Bayou, contre laquelle l'ex-candidate LR dit vouloir porter plainte.

19h15 : Bonsoir @Mamie Zaza. Les deux pipelines concernés n'étaient pas en opération - conséquences de la guerre en Ukraine -, mais tous les deux étaient encore remplis de gaz. Les trois grandes fuites identifiées depuis hier au large de l'île danoise de Bornholm sont par ailleurs visibles à la surface, avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre, selon des images de l'armée danoise. DANISH DEFENCE / AFP

19h11 : Bonjour, comment peut on détecter des fuites de gaz sur des gazoducs à l'arrêt ou jamais utilisés? Merci à tous les journalistes pour vos réponses et votre travail.

19h10 : Bonsoir @8301jakatak. En effet, ces fuites repérées sur les gazoducs Nord Stream en mer Baltique sont une très mauvaise nouvelle sur le front de la lutte contre le réchauffement climatique. Elles vont libérer "plusieurs millions de tonnes d'équivalent CO2" dans l'atmosphère, a estimé Sascha Müller-Kraenner, de l'ONG environnementale allemande DUH, cité par l'AFP. Le méthane est un puissant gaz à effet de serre, plus puissant encore que le CO2, même si sa durée de vie dans l'atmosphère est plus courte, expliquait-on ici.

19h02 : Bonsoir. Après le sabotage et/ ou accident du gaz. Nord Stream qui fuit ... gaz à effet de serre dans l'atmosphère C'est triste. Merci franceinfo.

19h09 : Les référendums d'annexion par la Russie de quatre régions d'Ukraine partiellement occupées se terminent aujourd'hui. Mais quelles que soient leurs issues, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a déclaré que les Etats-Unis et leurs alliés ne "reconnaîtront jamais" l'annexion par la Russie de territoires en Ukraine. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse, alors que la Russie et les autorités des régions qu'elle occupe annonçaient déjà le "oui" largement en tête.

18h17 : Je vous rappelle les principales informations

• #ENERGIE Trois fuites ont été découvertes sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 qui relient la Russie à l'Allemagne, au large d'une île danoise. Le premier est à l'arrêt, le second n'a jamais été inauguré. Le Danemark a laissé entendre qu'il soupçonnait un sabotage, tout comme la Russie.

• Les référendums d'annexion par la Russie de quatre régions d'Ukraine partiellement occupées se terminent aujourd'hui. Des résultats très partiels sur les bureaux installés en Russie font état, sans surprise, d'une large avance du "oui".

Une enquête pour "détournement de fonds publics" a été ouverte au sujet de la campagne présidentielle de Valérie Pécresse. Elle résulté d'un signalement de l'écologiste Julien Bayou, contre laquelle l'ex-candidate LR dit vouloir porter plainte.

Les vaccins de nouvelle génération contre Omicron et ses variants seront disponibles à partir du 3 octobre en France, a annoncé le ministre de la Santé, François Braun.

18h06 : Je dois faire un nouveau correctif au sujet des résultats partiels, annoncés tout à l'heure par la Russie, des référendums d'annexion de quatre provinces ukrainiennes. Ces résultats ne portent pas sur l'ensemble des suffrages exprimés dans ces scrutins très contestés, mais seulement sur les bureaux installés en Russie, à destination des ressortissants ukrainiens se trouvant sur le territoire russe. Je vous présente une nouvelle fois nos excuses pour cette confusion. Nous avons corrigé notre article.

17h11 : Une équipe de France 2 avait suivi l'organisation du scrutin d'annexion à Donetsk, dans la province du même nom, vendredi. Devant les caméras, des volontaires faisaient circuler une urne d'appartement en appartement, et une habitante votait à la place de sa petite fille, remplissant son bulletin sous les yeux des assesseurs.

17h01 : La ministre française des Affaires étrangères a rencontré Volodymyr Zelensky à Kiev. Sur Telegram, ce dernier publie des images de l'entrevue. "Nous attendons une réaction claire au faux référendum que la Russie organise dans les territoires occupés", écrit le président ukrainien.

16h51 : Quels que soient les résultats annoncés par la Russie à l'issue de ces scrutins, "cela ne changera rien à notre politique, à notre diplomatie et à nos actions sur le terrain militaire", a assuré le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba tout à l'heure, lors de sa conférence de presse avec Catherine Colonna.

16h50 : C'est la commission électorale de Russie qui a communiqué les premiers résultats très partiels des référendums d'annexion organisés dans quatre régions d'Ukraine, rapportés par des agences russes, et non les autorités installées par Moscou dans ces territoires, contrairement à ce que j'écrivais tout à l'heure. Nous avons corrigé notre article et les messages publiés tout à l'heure dans ce direct. Toutes nos excuses pour cette imprécision.

16h37 : Le Réseau national sismique suédois affirme que deux explosions sous-marines "très probablement dues à des détonations" ont été enregistrées hier à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2, peu avant leur détection. Ces fuites sont localisées en mer Baltique, à proximité de l'île danoise de Bornholm.

16h32 : "La fuite de gaz à grande échelle de Nord Stream 1 n'est rien de plus qu'une attaque terroriste planifiée par la Russie et un acte d'agression contre l'Union européenne", accuse le conseiller de la présidence ukrainienne Mykhaïlo Podoliak sur Twitter. Il ne mentionne pas le gazoduc Nord Stream 2, lui aussi touché par une fuite.

16h31 : #ENERGIE L'Ukraine accuse la Russie d'avoir mené une "attaque terroriste planifiée" sur le gazoduc Nord Stream 1, causant les fuites observées depuis hier.

16h17 : La présidente du Conseil fédéral russe, une des deux chambres du Parlement, annonce qu'une éventuelle loi sur l'annexion des quatre régions d'Ukraine où ont lieu des référendums d'annexion serait étudiée le 4 octobre. Elle est citée par les agences russes Ria Novosti et Interfax.

16h16 : Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme se dit "profondément troublé" par le "nombre important" d'arrestations rapportées par les ONG en Russie depuis l'annonce de la mobilisation. Une de ses porte-parole a estimé qu'il existait "des informations crédibles" faisant état de 2 377 arrestations de manifestants. "Arrêter des personnes uniquement pour l'exercice de leurs droits de réunion pacifique et à la liberté d'expression constitue une privation arbitraire de liberté", rappelle-t-elle.

15h56 : Le résultat de ces scrutins orchestrés par la Russie ne faisait bien sûr aucun doute dès l'annonce de leur organisation. Nous vous expliquions vendredi pourquoi la communauté internationale ne considère pas ces référendums comme des scrutins sérieux et remet en cause leur légalité.

18h08 : Trois agences étatiques russes (Tass, Ria Novosti et Interfax) annoncent des résultats partiels communiqués par la commission électorale russe. Elles portent sur les scrutins d'annexion des territoires occupés des régions du Donbass, de Louhansk, de Zaporijjia et de Kherson, mais uniquement sur les bureaux installés en Russie. Ce sont des résultats très partiels, sur environ un quart des suffrages exprimés dans ces bureaux. Le "oui" recueille, selon ces résultats, entre 97 et un peu plus de 98% des suffrages.

18h07 : La commission électorale russe affirme que le "oui" est largement en tête dans les quatre référendums d'annexion de régions d'Ukraine, selon les résultats partiels des bureaux installées en Russie.

14h17 : Le ministère de la Défense russe assure qu'il ne demandera pas l'extradition des milliers d'hommes qui ont fui vers des pays voisins, dont la Géorgie et le Kazakhstan, après l'annonce de la mobilisation en Russie.

14h02 : "Il y aura des sanctions, de la part de l'Union européenne, avec le plein soutien de mon pays" en réponse à l'organisation des référendums illégaux en Ukraine, a affirmé Catherine Colonna, cheffe de la diplomatie française, à Kiev. Celles-ci doivent encore être décidées au niveau européen, mais pourraient viser à la fois des personnes impliquées dans ces scrutins et des secteurs de l'économie russe pour l'instant épargnés, a-t-elle expliqué.

14h34 : La France crée une cellule d'enquêteurs chargée de centraliser les dossiers concernant des soupçons de crimes de guerre en Ukraine. Composée d'une dizaine d'enquêteurs, elle traite déjà sept affaires impliquant des ressortissants français, dont la mort du journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff et celle du journaliste franco-irlandais Pierre Zekrzewski. Elle est aussi destinataire des mains courantes déposées par des réfugiés ukrainiens en France.

14h19 : La ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, s'exprime depuis Kiev, après avoir rencontré son homologue ukrainien. Elle annonce notamment que la France va prendre en charge les frais de transports et de distribution, qui s'élèvent à 14 millions d'euros, d'une cargaison de céréales offerte par l'Ukraine à la Somalie, menacée par une famine.

13h13 : Plus tôt ce matin, l'ancien président russe Dmitri Medvedev affirmait sur son compte Telegram que "les forces armées russes renforceront significativement la défense" des territoires que la Russie compte annexer par l'emploi de "toutes les armes russes", y compris "l'arme atomique".

14h16 : Du côté de Moscou, le Kremlin se projette déjà sur le scénario d'une annexion des régions où ces référendums sont organisés. "Dans ces territoires, il y aura des changements cardinaux du point de vue juridique, du point de vue du droit international et du fait de toutes les conséquences respectives [des mesures prises] pour assurer la sécurité", affirme ce matin à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

13h01 : Toutes les personnes qui auront participé à l'organisation des référendums d'annexion organisés par la Russie dans plusieurs régions de l'Ukraine seront sanctionnées par l'Union européenne, affirme un porte-parole du chef de la diplomatie européenne. Ces scrutins, dont Bruxelles rappelle qu'ils sont "illégaux", se terminent aujourd'hui.

12h12 : Il est midi, c'est l'heure du point sur l'actualité :

• La ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, est présente à Kiev pour une visite de soutien au peuple ukrainien. Suivez notre direct.

• Les vaccins de nouvelle génération contre Omicron et ses variants seront disponibles à partir du 3 octobre, a annoncé le ministre de la Santé, François Braun.

"Il n'a jamais été question de passer en force", a assuré le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, qui "souhaite" une entrée en vigueur "à l'été 2023".

• Battues par la Serbie (68-62) lors de leur dernière rencontre de poule du championnat du monde, les Bleues pourraient affronter les Etats-Unis, grandes favorites de la compétition, en quarts de finale.

12h03 : La Russie ne présentera pas de films aux Oscars. L'Académie russe du cinéma a décidé qu'aucun long-métrage ne sera présenté pour postuler au titre de meilleur film international.Une statuette des Oscars exposée lors d'une projection des Oscars au début du 26 avril 2021 à Paris, France. (LEWIS JOLY / POOL)