Guerre en Ukraine : Zelensky appelle à des manifestations dans le monde entier pour défendre "la liberté" et "la vie"

Devant les députés français, Volodymyr Zelensky a également exhorté mercredi les entreprises françaises implantées en Russie à cesser de soutenir "la machine de guerre" russe et à quitter ce pays.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky en visioconférence avec les députés et les sénateurs français, mercredi 23 mars 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky en visioconférence avec les députés et les sénateurs français, mercredi 23 mars 2022. (SANDRINE MARTY / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Volodymyr Zelensky ne désarme pas. Le président ukrainien a appelé mercredi 23 mars à des manifestations dans le monde entier contre la guerre russe qui a provoqué la fuite de l'Ukraine de 3,6 millions de personnes. "Allez-y avec des symboles ukrainiens pour défendre l'Ukraine, pour défendre la liberté, pour défendre la vie!", a lancé Volodymyr Zelensky dans un message vidéo en anglais. "Retrouvez-vous sur les places, dans la rue, montrez-vous et faites-vous entendre!" Ce direct est maintenant terminé

Le Royaume-Uni va livrer 6 000 supplémentaires à l'Ukraine. Le Royaume-Uni va livrer 6 000 missiles supplémentaires à l'Ukraine, a annoncé mercredi le Premier ministre britannique Boris Johnson. Son pays multiplie  par plus de deux ses livraisons d'armes létales défensives. "Le Royaume-Uni travaillera avec (ses) alliés pour accroître la soutien militaire et économique à l'Ukraine", a ajouté Boris Johnson. Il a aussi annoncé aussi une aide de 25 millions de livres (30 millions d'euros) pour l'armée ukrainienne.

Adeo, la holding de Leroy Merlin, ne cède pas. Mise sous pression par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui l'accuse de soutenir "la machine de guerre" russe et dont il demande le départ de Russie, la société a répondu qu'une fermeture serait considérée comme une "faillite préméditée", "ouvrant la voie à une expropriation qui renforcerait les moyens financiers de la Russie"

Dans une déclaration à l'AFP, Adeo assure en revanche avoir "décidé au début du conflit de suspendre les nouveaux investissements" en Russie, où le groupe déclare compter 45 000 collaborateurs pour une grosse centaine de magasins. 

Kiev résiste et repousse l'armée russe, selon son maire. Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a assuré mercredi que la résistance ukrainienne mettait à mal l'armée russe. "Près de Brovary [périphérie est de Kiev], depuis le nord se déroule une grande bataille, et selon des informations de sources officielles, la petite localité de Makariv (ouest) et la presque totalité d'Irpin (nord-ouest) sont déjà sous contrôle des soldats ukrainiens", a-t-il déclaré devant la presse.

Des diplomates russes expulsés de Pologne. Dans le contexte de l'offensive russe en Ukraine, la décision de Varsovie risque de tendre encore plus les relations avec Moscou. La Pologne a décidé mercredi d'expulser "45 espions russes se faisant passer pour des diplomates", a annoncé le ministre polonais de l'Intérieur Mariusz Kaminski. "De façon totalement cohérente et déterminée, nous démantelons le réseau des services spéciaux russes dans notre pays", a-t-il précisé sur Twitter.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h53 : "Allez-y avec des symboles ukrainiens pour défendre l'Ukraine, pour défendre la liberté, pour défendre la vie ! Retrouvez-vous sur les places, dans la rue, montrez-vous et faites-vous entendre !"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky appelle les citoyens du monde entier à descendre dans les rues pour protester contre l'invasion de son pays par la Russie.

23h49 : Le Royaume-Uni va livrer 6 000 missiles antichars supplémentaires à l'Ukraine, multipliant par plus de deux ses livraisons d'armes après l'invasion russe du pays.

23h46 : Le gouvernement américain affirme avoir "établi que les membres des forces russes ont commis des crimes de guerre en Ukraine". Les Etats-Unis se basent sur "un examen minutieux des informations disponibles issues de sources publiques et du renseignement", a déclaré le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken. "Nous avons vu de nombreux rapports crédibles d'attaques aveugles et d'attaques visant délibérément des civils, ainsi que d'autres atrocités", a-t-il ajouté.

23h43 : La Russie a décidé d'expulser des diplomates américains, en représailles à l'expulsion par Washington de 12 membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU début mars.

23h22 : "Il faut que Renault continue de payer les salaires des travailleurs russes."

"Je pense aux travailleurs russes que je considère comme des camarades", réagit auprès de franceinfo Pascal Le Manach, délégué syndical CGT de l'usine Renault-Cléon. Le syndicaliste français demande "que Renault paye intégralement les salaires des travailleurs russes" pendant l'interruption de l'activité annoncée ce soir.

23h18 : Nouvelles sanctions contre la Russie. Les Etats-Unis vont annoncer demain "un ensemble de sanctions qui concernent à la fois des personnalités politiques" et "des oligarques", annonce le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, en route avec Joe Biden pour l'Europe.

23h16 : Des Ukrainiens à moitié nus, humiliés en public, parfois battus et attachés avec du ruban adhésif. Ces derniers jours, beaucoup s'interrogent sur ces images, publiées sur les réseaux sociaux. Elles se comptent par dizaines. Les personnes ligotées ne sont toutefois pas accusées d'être pro-russes. Les auteurs leur reprochent d'être des pilleurs. Les équipes de France Télévisions ont géolocalisé certaines images, tournées à Irpin, en Ukraine.



22h40 : Vous venez de vous connecter sur franceinfo.fr ? Voici nos contenus du jour à ne pas rater :

Ce reportage de Jérôme Jadot et Eric Audra au sein d'un média régional de l'est de l'Ukraine, pour expliquer le difficile travail des journalistes ukrainiens en pleine guerre ;

Une trentaine de personnalités apportent leur soutien à la grève mondiale pour le climat dans une tribune ;

Cet article de Vincent Matalon, qui présente NationBuilder, le logiciel américain utilisé par de nombreux candidats pour faire campagne.

22h21 : Si vous n'avez pas suivi l'actualité autour de la guerre en Ukraine aujourd'hui, vous pouvez consulter notre article qui récapitule la journée, marquée par l'intervention du président ukrainien Volodymyr Zelensky devant l'Assemblée nationale et le Sénat.

22h12 : Une journaliste russe, Oksana Baulina, a été tuée dans un bombardement sur Kiev. Elle travaillait pour The Insider, un média en ligne indépendant fondé en 2013, dont le siège est à Riga, la capitale de la Lettonie. Elle est morte à la suite d'un tir de roquette pendant qu'elle était en train de filmer les dommages causés par une précédente frappe sur un centre commercial de l'arrondissement de Podil, dans le nord-ouest de la capitale ukrainienne. Deux personnes qui l'accompagnaient ont été blessées.

21h18 : "Je me sentais totalement impuissant."

L'acteur et cinéaste français Alain Beigel, arrivé le 12 mars en Ukraine pour combattre aux côtés des forces ukrainiennes et s'engager dans la Légion internationale, témoigne sur franceinfo. Il est finalement reparti le lendemain, après le bombardement par la Russie de la base militaire de Iavoriv.

21h14 : Le groupe rappelle "qu'il met déjà en œuvre les mesures nécessaires pour respecter les sanctions internationales" et se dit, "en conséquence", "contraint de revoir ses perspectives financières" à la baisse pour l'année 2022 avec une marge opérationnelle de l'ordre de 3%, contre 4% précédemment.

21h11 : La marque au losange évalue par ailleurs "les options possibles concernant sa participation dans AvtoVAZ", le constructeur automobile russe plus en connu en France sous sa marque Lada, "tout en agissant de manière responsable envers ses 45 000 salariés en Russie", ajoute le groupe.

21h04 : Renault annonce dans un communiqué suspendre les activités de son usine à Moscou

21h05 : La Russie durcit sa position sur la vente de son gaz. Son président Vladimir Poutine annonce que Moscou n'acceptera plus de paiements en dollars ou en euros en échange de ses livraisons de gaz à l'Union européenne. Cette exigence "constitue une rupture de contrat", a réagi le ministre de l'Economie allemand.

21h01 : Un marathon diplomatique d'une rare intensité. Un mois jour pour jour après le début de l'offensive lancée par l'armée russe sur le sol ukrainien, trois sommets doivent se tenir demain à Bruxelles. Nouvelles sanctions économiques, livraison d'armes offensives, place de la Russie, aide humanitaire... Franceinfo fait le point sur les principaux sujets au centre des discussions.

23h02 : Voici un nouveau point sur l'actualité de la soirée :

L'ancienne secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright, première femme à avoir occupé ce poste au sein du gouvernement américain, est morte à 84 ans. Cheffe de la diplomatie entre 1997 et 2001, dans l'administration du président démocrate Bill Clinton, Madeleine Albright s'est éteinte des suites d'un cancer.

Adeo, la holding de Leroy Merlin, ne cède pas. Mise sous pression par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui demande son départ de Russie, la société a répondu qu'une fermeture serait considérée comme une "faillite préméditée", "ouvrant la voie à une expropriation qui renforcerait les moyens financiers de la Russie".

• L'Otan va déployer quatre nouveaux groupements tactiques sur son flanc oriental pour "renforcer" sa "posture de défense" face à la Russie.


Sa cavale aura duré quatre jours. Loïk Le Priol, identifié comme le principal suspect du meurtre de l'ancien rugbyman Federico Martin Aramburu, a été interpellé en Hongrie. Franceinfo revient sur le parcours de cet ancien membre du GUD, un groupe d'extrême droite ultraviolent, déjà impliqué dans plusieurs affaires judiciaires.

20h03 : Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, appelle à un "boycott" mondial du constructeur automobile français Renault en raison de "son refus de quitter la Russie". Il accuse dans un tweet Renault de "soutenir une guerre brutale d'agression". Il appelle en conséquence "les clients et les entreprises à travers le monde à boycotter le groupe Renault".

19h05 : "On ne va pas créer de la misère sur de la misère."

Jean-Marc Cicuto, représentant syndical CFTC de Leroy Merlin, estime, de son côté, que "ce qui est important, c'est la protection sociale et salariale des 45 000 salariés russes", tout comme celle "de l'ensemble des collaborateurs, qu'ils soient ukrainiens, qu'ils soient russes, qu'ils soient polonais, qu'ils soient roumains."Jean-Marc Cicuto évoque sur franceinfo le chiffre de "45 000 salariés" de l'enseigne en Russie. "Avec leurs familles, cela fait 100 000 personnes".

18h55 : Et bien à ce moment là, il faut boycotter Leroy Merlin en France chez nous, c'est parti, ils veulent pas perdre d'argent et bien qu'ils assument

18h55 : Boycottons Leroy Merlin et toutes ces entreprises sans vergogne qui continuent de travailler en Russie.Cela inclut Renault Auchan Faites passer !

18h54 : Ok, je boycotte Leroy Merlin!

18h54 : Cette annonce de maintenir l'activité en Russie suscite de nombreux commentaires. Beaucoup d'entre vous nous font part de leur envie de boycotter l'enseigne.

18h50 : Dans une déclaration à l'AFP, Adeo assure en revanche avoir "décidé au début du conflit de suspendre les nouveaux investissements" en Russie.

18h48 : Il y a quelques heures, devant l'Assemblée nationale et le Sénat français, Volodymyr Zelensky a réclamé que "les entreprises françaises quittent le marché russe", en citant notamment les groupes Auchan, Leroy Merlin et Renault. Adeo, la holding de Leroy Merlin, vient de lui répondre qu'une fermeture serait considérée comme une "faillite préméditée", "ouvrant la voie à une expropriation qui renforcerait les moyens financiers de la Russie".

18h45 : La holding de Leroy Merlin annonce maintenir son activité en Russie, malgré l'appel du président ukrainien à quitter le pays.

18h10 : Il est 18 heures, voici ce qu'il faut retenir de l'actualité :

• Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est adressé aux parlementaires français. Il a réclamé le départ de toutes les entreprises françaises de Russie, afin qu'elles cessent d'être "les sponsors de la machine de guerre russe".

• L'Otan va déployer quatre nouveaux groupements tactiques sur son flanc oriental pour "renforcer" sa "posture de défense" face à la Russie.

"J'accuse Total d'être complice de la guerre en Ukraine", martèle le candidat écologiste Yannick Jadot, poursuivi en diffamation par le groupe.

• Après Loïk Le Priol, principal suspect dans l'assassinat du rugbyman Federico Martin Aramburu, un troisième suspect a été interpellé à Sablé-sur-Sarthe.

17h40 : Bonjour @Oraline. Effectivement, il s'agit de volontaires tchétchènes qui font partie du bataillon Cheikh Mansour, des soldats anti-Poutine et alliés des Ukrainiens depuis 2014. On en sait encore très peu sur ces Tchétchènes qui combattent aux côtés des Ukrainiens. Je vous invite à regarder ce sujet de France 2 pour en savoir plus.

17h34 : Bonjour FI. Comme Clovis j'ai du mal à comprendre la position des tchétchènes, et l'article auquel vous nous renvoyez date du 1er mars. Depuis ce matin, plusieurs médias indiquent que certains tchétchènes combattent aux côtés des ukrainiens, du fait qu'ils sont opposés à la Russie, et n'obéissent pas à Kadirov. Auriez-vous plus d'explications svp, pour essayer de mieux comprendre la situation ? Merci beaucoup pour votre travail et pour nous garantir une information libre et objective !

20h20 : Et le candidat ne s'arrête pas là. "J'accuse le président Macron de complaisance et de cynisme à cet égard. Cela fait des années que le président Macron, déjà en tant que ministre, a soutenu l'installation et les contrats de Total en Russie", a ajouté Yannick Jadot.

17h23 : "J'accuse Total d'être complice de la guerre en Ukraine, en travaillant avec des entreprises proches de Poutine et des oligarques russes", a persisté Yannick Jadot, lors d'une conférence de presse cet après-midi. Il a également répondu au PDG de Total : "J'apprends que Total a porté plainte contre moi... Les écologistes sont menacés, comme en Russie (...) EDF m'a espionné, Monsanto nous a espionnés, je reste constant pour la paix et le climat : nous allons retirer les lobbies des appareils publics."

17h23 : Bras de fer entre Yannick Jadot et la multinationale TotalEnergies. L'entreprise française a annoncé poursuivre le candidat écologiste en diffamation pour l'avoir accusée de "complicité de crimes de guerre" à cause de son activité en Russie.

(STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

17h04 : Bonjour @Clovis. Le président Ramzan Kadyrov a dit qu'il envoyait des soldats tchétchènes auprès des troupes russes. Il s'agit de membres de la Rosgvardia, qui sont officiellement dédiés au maintien de l’ordre, mais font, par extension, partie de l'armée russe, car la Tchétchénie fait en effet partie de la fédération de Russie, explique notre journaliste Sarah Calamand dans cet article.

17h02 : Bonjour, Dans un article publié aujourd'hui vous parlez de soldats Tchétchènes aux côtés des Ukrainiens mais pourtant la tchétchénie n'est pas au côté de la Russie ? pourriez vous re-expliquer ce point ? merci

16h59 : Le président ukrainien s'est exprimé devant les parlementaires français, en visioconférence depuis Kiev. Voici ce qu'il faut retenir du discours de Volodymyr Zelensky.

16h59 : Le conflit ukrainien fait grimper le prix des aliments et de l'énergie, impliquant des répercussions sur les éleveurs français de vollailles. On vous explique pourquoi la profession veut augmenter ses prix.Des canards mis à l'abris dans les Landes, pour limiter les risques de contamination à la grippe aviaire, en septembre 2021. (RENAUD BIONDI-MAUGEY / FRANCE-BLEU GASCOGNE) (RENAUD BIONDI-MAUGEY / FRANCE-BLEU GASCOGNE)

16h42 : Un premier train d'aide humanitaire pour des réfugiés ukrainiens est parti de Strasbourg en direction de la Roumanie. Environ 150 tonnes d'aide vont ainsi être expédiées, selon la Protection civile du Bas-Rhin qui gère cette opération inédite depuis le début de l'offensive russe. Un membre de la Protection civile française charge un train lors d'un convoi humanitaire, à Strasbourg, le 23 mars 2022.  (PATRICK HERTZOG / AFP) (PATRICK HERTZOG / AFP)

16h04 : A propos de fausses informations et de vérification, nos journalistes de VraiOuFake ont vérifié si le site russe WarOnFakes était bien un site de vérification des informations, comme il le revendique. La réponse se trouve dans cette vidéo.

15h46 : Il n'y a pas que l'approvisionnement en nourriture qui relève du parcours du combattant. Obtenir une information vérifiée est "encore plus important qu'en temps de paix", insistent les journalistes ukrainiens. Notre reporter en Ukraine, Jérôme Jadot, a suivi le travail d’un média régional à Dnipro, à l’est du pays. (FRANCEINFO)

15h40 : A Kiev, des volontaires font tourner la plus grande usine de farine de la ville. Alors que l'approvisionnement en nourriture est parfois difficile en temps de guerre, le fonctionnement de la plus grande usine de farine de Kiev revêt un enjeu stratégique, expliquent nos journalistes sur place. Un drapeau ukrainien déchiré flotte dans un quartier de Kiev, à quelques mètres d'un entrepôt bombardé, le 4 mars 2022. (ARIS MESSINIS / AFP) (ARIS MESSINIS / AFP)

15h26 : Le discours du président ukrainien devant les parlementaires français vient de se terminer. La séance à l'Assemblée nationale est suspendue.

15h24 : "Ils doivent arrêter de financer les meurtres d'enfants et de femmes. Tout le monde doit se rappeler que les valeurs valent plus que les bénéfices."

15h24 : "Les entreprises françaises doivent quitter le marché russe. Renault, Auchan, Leroy Merlin et autres doivent cesser d'être les sponsors de la machine de guerre de la Russie."





15h22 : "Nous espérons (...) sous la présidence française de l'Union européenne, qu'une décision unique et historique sera prise en faveur de l'adhésion de l'Ukraine à l'UE. Nous avons besoin d'aide et de soutien, pour être bien armés. (...) Pour que la liberté ne perde pas, nous avons besoin de sanctions contre l'agresseur."

15h20 : "Nous sommes reconnaissants envers la France, envers les efforts du président Macron. (...) Nous sommes en contacts constants. (...) Nous attendons de la France votre leadership, votre force pour mettre fin à cette guerre qui attente à notre liberté, notre égalité, notre fraternité."

15h25 : "L'Europe n'a pas vu ce qui se passait en Ukraine (...) En 2019, quand je suis devenu président, il y avait des gens en format [Normandie, entre Paris, Berlin, Moscou et Kiev] pour les négociations avec la Fédération de la Russie (...) Le format des négociations qui devraient mettre fin à la guerre dans le Donbass, la guerre dans l'est de l'Ukraine, qui dure depuis 8 ans."







15h13 : "Vous avez toutes les informations concernant les femmes violées par les militaires russes (...) les journalistes qu'ils tuent, sachant que ce sont des journalistes (...) L'Europe n'a pas vu ce qu'il se passe en Ukraine."

15h11 : Le président ukrainien a demandé aux parlementaires d'observer une minute de silence, après avoir rappelé que le conflit a fait de nombreuses victimes civiles, dont des femmes et des enfants.

15h18 : "Je voudrais poser une question comment arrêter cette guerre ? Comment instaurer la paix en Ukraine? Parce que la plupart des questions et des réponses sont dans nos mains."




15h18 : "Nous connaissons votre attachement à la France où vous avez effectué votre déplacement officiel à l'étranger après votre élection comme président l'Ukraine", a rappelé Richard Ferrand. C'est maintenant au tour de Volodymyr Zelensky de prendre la parole.