Cet article date de plus de six ans.

Des affrontements éclatent lors de la Gay Pride en Ukraine

Au moins six blessés sont à déplorer lors de cette "marche pour l'égalité" qui s'est tenue à Kiev.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants LGBT lors de la "marche pour l'égalité" à Kiev en Ukraine, le 6 juin 2015. (VOLODYMYR SHUVAYEV / AFP)

Vingt-cinq personnes ont été interpellées samedi à Kiev en Ukraine dans des heurts qui ont fait au moins six blessés lors d'une "marche pour l'égalité", à laquelle participaient une centaine de militants des droits des homosexuels. Il s'agit de la seconde Gay Pride jamais organisée en Ukraine où l'homophobie reste très répandue.

La marche a débuté vers 9 heures 40 (heure française) sur les rives du Dniepr, bien loin du centre de Kiev, sous haute protection policière. Avant même son lancement, une vingtaine de militants ultranationalistes s'étaient réunis non loin afin de perturber la marche. La plupart portaient des cagoules noires recouvrant leur visage.

Au moins six blessés

Des heurts ont rapidement éclaté avec les forces de l'ordre. Cinq policiers ont été blessés, dont un qui se trouve dans un état grave, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Un journaliste de l'AFP a également vu un militant ultranationaliste blessé. La "marche de l'égalité" pour soutenir les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) a néanmoins bien eu lieu et a duré une dizaine de minutes.

"Cette marche prouve que nous existons. (...) J'ai très peur mais je suis aussi très fière de moi, pour être venue", a déclaré Vira, une militante LGBT de 31 ans, qui a fait la route depuis Kharkiv, grande ville industrielle proche de la zone du conflit dans l'Est séparatiste prorusse. L'homosexualité, qui était punie par la loi en URSS, reste très stigmatisée en Ukraine, ex-république soviétique où l'Église orthodoxe a une forte influence.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.