Crise russo-ukrainienne : "Les Russes ne sont pas assez fous pour envahir l'Ukraine", espère Pascal Boiteux, un Français installé à Kiev

Ce Français, installé en Ukraine, ne compte rien changer à ses habitudes : "Il n'est pas question qu'on arrête notre vie à cause des menaces."

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des Ukrainiens déroulent un très long drapeau dans un stade de Kiev pour célébrer le "jour de l'unité" dans le pays, le 16 février 2022. (PAVLO GONCHAR / ZUMA PRESS / MAXPPP)

Alors que les tensions s'aggravent entre les forces gouvernementales ukrainiennes et les séparatistes pro-russes, la France a appelé hier ses ressortissants à quitter l'Ukraine. Pascal Boiteux est un Français installé à Kiev avec sa femme ukrainienne et ses deux enfants de 15 et 19 ans depuis huit ans. Totalement intégrés dans la société ukrainienne, ils sont "décidés à rester" en Ukraine. "On ne va pas céder au jeu des Russes." Selon lui, "ils ne sont pas assez fous pour envahir l'Ukraine". Pascal Boiteux ne croit pas "que Kiev va être complètement anéantie".


franceinfo : Est-ce que vous comptez quitter l'Ukraine ?

Pascal Boiteux : Mon pays, ma ville, c'est Kiev. Je vis en Ukraine, je travaille en Ukraine. Mes enfants sont à l'école. Mon fils est à l'université, ma fille en sport-études de basket. Elle est aussi dans l'équipe nationale ukrainienne qui joue d'ici une dizaine de jours en Lettonie. Il n'est pas question qu'on arrête notre vie à cause des menaces.

Vous n'allez rien changer à vos habitudes ?

Rien. Pourquoi voulez-vous que l'on change ? Cela fait huit ans que l'on vit avec la guerre. On ne va pas partir parce que, tout d'un coup, il y a des tensions. Et même s'il y a la guerre, on ne pense pas que cela puisse être une guerre totale, on n'espère pas. On est décidés à rester.

A Kiev, vous ne sentez pas ces signes de tension comme il peut y avoir à la frontière avec la Russie ?

C'est vrai que depuis huit ans, c'est le Donbass qui est bombardé. On lit la presse, on est au courant que nous avons l'armée russe qui est en Biélorussie, à 100 kilomètres de Kiev. Mais on ne va pas céder à la panique. On ne va pas céder au jeu des Russes. On va rester bien tranquilles et continuer à vivre notre vie ukrainienne, comme le font tous les Ukrainiens. Au bout d'un certain temps, vous vous y habituez, vous ne croyez pas qu'il puisse arriver une invasion totale. Et si elle arrive, on va faire avec, on va se mettre dans des abris et on va attendre que cela passe. Dans tous les scénarios envisagés, il est peu probable que ce soit une intervention qui va durer sur le long terme. On espère que les Russes ne sont pas assez fous pour envahir l'Ukraine.

Cette attaque de la Russie, vous n'y croyez pas du tout ?

Si on y croit, bien sûr. Mais qu'est-ce que vous voulez ? C'est notre ville. Partir, pour aller où ? Je travaille ici. Je ne pense pas que le pays va être rasé. Je ne pense pas que Kiev va être complètement anéantie. Cette perspective ne nous touche pas. On ne pense pas que cela puisse arriver. Effectivement, il peut y avoir certains moments de tension, il peut y avoir des chars dans les rues, mais pour l'instant, il n'y a rien du tout. On va attendre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.