Cet article date de plus de sept ans.

Crise en Ukraine : la France ne livrera pas les navires Mistral à la Russie dans le contexte actuel

L'Elysée souligne que "les actions menées récemment par la Russie dans l'est de l'Ukraine contreviennent aux fondements de la sécurité en Europe".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le "Vladivostok", un navire de guerre de type Mistral destiné à la marine russe, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 9 mai 2014. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

La France ne livrera pas les navires de guerre Mistral commandés par la Russie pour le moment, selon un communiqué de l'Elysée, mercredi 3 septembre. "Le président de la République a constaté que, malgré la perspective d'un cessez-le-feu (en Ukraine) qui reste à confirmer et à être mis en œuvre, les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC (Bâtiment de projection et de commandement) ne sont pas à ce jour réunies", écrit la présidence.

Construits à Saint-Nazaire

L'Elysée souligne que "les actions menées récemment par la Russie dans l'est de l'Ukraine contreviennent aux fondements de la sécurité en Europe". La vente par Paris de deux porte-hélicoptères Mistral à Moscou a suscité un tollé à Washington et à Londres. Mercredi encore, les Etats-Unis ont dénoncé la vente de navires de guerre à la Russie, au moment où les Européens s'apprêtent à renforcer leurs sanctions contre Moscou.

Le contrat Mistral, portant sur deux porte-hélicoptères, a été signé en 2011 pour 1,2 milliard d'euros. Le premier navire, construit à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), devait être livré en octobre. Une échéance que beaucoup jugeaient aujourd'hui intenable, compte tenu de l'aggravation de la crise ukrainienne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.