Les véhicules neufs au sein de l'Union européenne devront désormais être équipés du freinage d'urgence

Les systèmes de freinage d'urgence sont capables de détecter une collision imminente et d'activer automatiquement le freinage d'un véhicule.

Un parking de voitures à Grenoble (Isère), le 8 janvier 2019.
Un parking de voitures à Grenoble (Isère), le 8 janvier 2019. (MAXPPP)

Tous les nouveaux modèles de véhicules devront être équipés dans l'UE de dispositifs de sécurité avancés comme le freinage d'urgence ou l'adaptateur de vitesse à partir de 2022, selon de nouvelles règles adoptées, mardi 16 avril, par le Parlement européen. Les systèmes de freinage d'urgence sont capables de détecter une collision imminente et d'activer automatiquement le freinage d'un véhicule.

Par ailleurs, les nouveaux modèles de véhicules devront disposer d'un système "d'adaptation intelligente" de la vitesse, qui avertira les conducteurs de tout dépassement des limites autorisées, sans réduire automatiquement la vitesse. Pour les véhicules neufs de modèles déjà existants, ces nouvelles obligations ne s'imposeront qu'à compter de 2024.

"Sauver des milliers de vies"

Il faudra également que les constructeurs facilitent l'installation "d'un éthylomètre antidémarrage" et équipent leurs véhicules d'un "avertisseur de somnolence et de perte d'attention du conducteur" et d'un "enregistreur de données d'événements", sorte de boîte noire du véhicule, selon le texte voté.

"Cette législation va permettre de sauver des milliers de vies dans les années à venir", a estimé l'eurodéputé Roza Thun (PPE, droite), rapporteure de ce texte. Elle a assuré que l'installation de ces technologies ne provoquerait pas de hausse des prix.

En 2018, environ 25 000 personnes ont perdu la vie lors d'accidents de la route dans l'Union européenne et environ 135 000 ont été gravement blessées, selon des chiffres cités par le Parlement européen.