Cet article date de plus de dix ans.

Les sociaux-démocrates allemands ont conservé Berlin dimanche alors qu'Angela Merkel sort affaiblie

Le maire sortant, le social-démocrate Klaus Wowereit, aux affaires depuis dix ans, est assuré d'un 3e mandat. Le SPD réalise 28,7% es suffrages, selon les estimations des chaînes tv publiques.La surprise, avec l'effondrement du parti libéral (FDP) qui obtient 2% et ne sera pas représenté au Parlement régional, vient des 9% du parti des Pirates.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Klaus Wowereit, à la mairie de Berlin, le 18 septembre 2011 (AFP/JOERG CARTENSEN)

Le maire sortant, le social-démocrate Klaus Wowereit, aux affaires depuis dix ans, est assuré d'un 3e mandat. Le SPD réalise 28,7% es suffrages, selon les estimations des chaînes tv publiques.

La surprise, avec l'effondrement du parti libéral (FDP) qui obtient 2% et ne sera pas représenté au Parlement régional, vient des 9% du parti des Pirates.

L'Union démocrate-chrétienne (CDU), dirigée par Mme Merkel, arrive loin deuxième avec 23,1% des suffrages mais progresse de près de deux points par rapport à l'élection régionale de 2006.

Pourtant, à l'issue de cette "super année électorale" marquée par sept scrutins régionaux, le bilan des démocrates-chrétiens s'avère calamiteux, à mi-mandat. La CDU n'aura enregistré qu'un seul succès: en Saxe-Anhalt, l'une des régions les plus pauvres d'ex-RDA. Elle a en revanche dû abandonner le grand port de Hambourg et le puissant Bade-Wurtemberg, son fief historique.

Critiquée pour sa gestion de la crise de la zone euro, victime des gaffes du FDP et de ses propres contradictions sur des sujets majeurs comme la sortie du nucléaire, la femme la plus puissante de la planète, selon le magazine américain Forbes, a vu sa popularité fondre comme neige au soleil.


Wowereit voit son étoile grandir
Klaus Wowereit, qui gouvernait jusqu'ici avec la Gauche radicale (Die Linke), a laissé ouverte la porte à une alliance avec les Verts qui ont obtenu 17,9% des voix (contre 13,1% en 2006) ou avec la CDU.

Portés par la vague verte de l'après-Fukushima, les écologistes rêvaient de conquérir la capitale de la première puissance économique européenne comme ils avaient pris les rênes du Bade-Wuetenberg en mars, humiliant le camp conservateur dans son fief historique.

La sensation est venu du parti des Pirates, jeune mouvement de néophytes en politique qui prônent la démocratie direct sur la toile. Leur score de 9% leur garantit d'entrer pour la première fois dans un parlement régional en Allemagne.

Avec ce résultat, M. Wowereit, qui fêtera ses 58 ans le 1er octobre, pourrait désormais faire partie des prétendants à la candidature sociale-démocrate pour la chancellerie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.