Cet article date de plus de dix ans.

Les secours suisses ont renoncé dimanche soir à reprendre les recherches retrouver une disparue lors d'une avalanche

Quatre Français ont trouvé la mort et une autre randonneuse a été portée disparue samedi suite à un avalanche survenue dans le Valais suisse près de Bourg-Saint-Pierre.Les victimes, ainsi que cinq blessés - dont deux graves-, tous venus des Cluses (Haute-Savoie) faisaient partie de onze randonneurs français à ski ou en raquettes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un hélicoptère de recherches au dessus du village suisse de Bourg-Saint-Pierre, après une avalanche, le 23 mars 2011 (AFP/FABRICE COFFRINI)

Quatre Français ont trouvé la mort et une autre randonneuse a été portée disparue samedi suite à un avalanche survenue dans le Valais suisse près de Bourg-Saint-Pierre.

Les victimes, ainsi que cinq blessés - dont deux graves-, tous venus des Cluses (Haute-Savoie) faisaient partie de onze randonneurs français à ski ou en raquettes.

Le groupe était semble-t-il correctement équipé en appareils permettant de les retrouver en cas d'avalanche. Mais il n'était pas accompagné par un guide de haute montagne, contrairement à ce l'on avait supposé dans un premier temps.

Le dernier bulletin de l'Institut pour l'Etude de la neige et des avalanches avait annoncé un "danger marqué d'avalanche (degré 3)" dans ce secteur samedi.

L'état des recherches
"Dimanche matin, un hélicoptère a procédé au minage de la zone afin de sécuriser les lieux. Plusieurs coulées sont parties, dont une à l'endroit même du drame. La neige accumulée ne permet plus de sonder le cône d'avalanche" où l'épaisseur atteint désormais une vingtaine de mètres, a indiqué dimanche après-midi la police suisse dans un communiqué.

L'alerte avait été donnée samedi à la mi-journée par l'une des randonneuses, âgée de 38 ans, sortie indemne de l'avalanche, la plus meurtrière de la saison, selon l'agence de presse suisse ATS.

Les membres du groupe étaient tous "très expérimentés" et "connaissaient parfaitement la montagne, pas du tout des débutants", a précisé à l'AFP Georges Elzière, le président de la Fédération française des clubs alpins.

D'importants moyens avaient été déployés près du lieu de l'accident, proche de la frontière italienne, dont dix hélicoptères et plus de vingt sauveteurs avec des chiens.

Mais les recherches avaient été interrompues samedi soir en raison de fortes neiges et des risques de provoquer une autre avalanche.

Cinq personnes - une femme de 62 ans et quatre hommes âgés de 39, 45, 54 et 55 ans - étaient toujours hospitalisées dimanche à Martigny et Sion, selon la police, dont l'une dans une unité de soins intensifs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.