Cet article date de plus d'onze ans.

Russie : le parti de Poutine conserve la majorité absolue

Crédité de 49,54 % des voix, le parti présidentiel arrive en tête mais perd 13 points par rapport à 2007.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

La victoire est en demi-teinte pour Vladimir Poutine : son parti Russie unie est arrivé en tête des législatives russes du dimanche 4 décembre, mais avec un score moins élevé que prévu. Il obtient 49,54 % des suffrages selon les résultats portant sur 96 % des bureaux de vote, soit une chute de près de 15 points par rapport aux législatives de 2007. Un revers pour le Premier ministre qui compte revenir au Kremlin en 2012.

Russie unie obtient 238 députés sur 450

Grâce au système de répartition des voix à la proportionnelle, Russie unie conserve la majorité absolue à l'Assemblée avec 238 députés sur 450. Mais le parti ne dispose plus de la majorité des deux tiers qui lui permettait, si nécessaire, d'amender la Constitution. Le Parti communiste, principal mouvement d'opposition à la Douma, obtient 92 députés (19,13 % des voix), le parti Russie juste (centre gauche) 64 (13,07 %) et le Parti libéral-démocrate (nationaliste) 56 élus (11,65 %). 

Pour le quotidien Kommersant, ces résultats obligent Russie unie à "se chercher des partenaires". Vedomosti, un autre journal russe, titre à la une "le parti de la minorité", observant que si la formation de Vladimir Poutine a obtenu la majorité absolue, c'est "seulement grâce aux particularités de la loi électorale".

Dans l'ensemble, la presse souligne que ce résultat étriqué a été obtenu avec l'aide d'une machine administrative au service du régime, organisant des fraudes et des pressions contre les ONG et les médias indépendants.

"La démocratie en action"

Russie unie s'est quand même délivré un satisfecit à l'annonce des résultats. "C'est un résultat optimal qui reflète la situation réelle dans le pays", a déclaré le Premier ministre, Vladimir Poutine. "C'est la démocratie en action", a déclaré de son côté le président Dmitri Medvedev, tête de liste de la formation.

"On disait que le parti (...) chercherait à conserver sa position dominante en se livrant à des machinations, des manipulations", mais il a "prouvé qu'il avait le droit moral de poursuivre dans la voie que nous avons choisie", a-t-il insistérejetant les accusations de fraude pesant sur le scrutin.

Des policiers russes aux prises avec un manifestant, le 4 décembre 2011 à Moscou (Russie). (ALEXANDER DEMIANCHUK / REUTERS)

Des fraudes dénoncées 

Des responsables régionaux ont fait état de pressions pendant la campagne pour inciter les électeurs à voter pour le parti de Vladimir Poutine, et le principal rival de Russie unie, le Parti communiste, dénonce des "infractions massives et systématiques".

A Saint-Pétersbourg, l'AFP a ainsi retrouvé un Russe qui dit avoir voté dix fois pour Russie unie contre une prime de 2 000 roubles (près de 50 euros), grâce à un système permettant à un électeur de voter en dehors de son bureau de vote avec un certificat reçu à l'avance. Zoïa Svetova, journaliste et observatrice indépendante, a affirmé qu'entre 20 000 et 30 000 représentants des jeunesses pro-Kremlin Nachi se sont livrés à la même pratique à Moscou.

Dimanche matin, plusieurs sites internet indépendants critiques envers le pouvoir sont devenus inaccessibles. Dans la journée, une manifestation dénonçant des élections illégales a été dispersée par la police, à Moscou et à Saint-Petersbourg, avec 170 interpellations.

Reuters

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.