Cet article date de plus de cinq ans.

Le Pape François dans les pas de Jean-Paul II à Cracovie pour les JMJ

Le Pape se rend cette semaine en Pologne pour les Journées mondiales de la jeunesse. Deux millions de pèlerins sont attendus à Cracovie, où le souvenir de Jean-Paul II est particulièrement vivace.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Derniers préparatifs à Cracovie avant les festivités des Journées mondiales de la Jeunesse © AFP)

 A Cracovie, la ville où l’ancien pape, créateur des Journées mondiales de la jeunesse, a longtemps vécu, le souvenir de Jean-Paul II est encore vivace. A un point tel que deux millions de pèlerins y sont attendus pour les JMJ, où le Pape François doit se rendre cette semaine.

La fenêtre du Pape, au 1er étage du Palais des évêques, est l’un des lieux de pèlerinage les plus célèbres de Cracovie. Au balcon sur la rue, un grand portrait de Jean-Paul II. Le Père Jean Marniak se souvient : "Depuis cette fenêtre, quand il venait à Cracovie, Jean-Paul II aimait parler avec les jeunes réunis sur la place. Parfois à minuit, on lui disait : mon père il faut aller dormir. Et il répondait : «  je ne peux pas, ils m’attendent  ». Il avait un contact extraordinaire avec les jeunes ".

Bien davantage qu'un pape

En faisant revenir les JMJ, ici à Cracovie, cette ville où Jean-Paul II a longtemps vécu, le Pape François a voulu rendre hommage à celui qui le premier a réuni les jeunes pèlerins, d’abord au Vatican, puis à travers le monde. Un rendez-vous toujours aussi fort, même si le contexte n’est plus du tout le même pour le père Jean Marniak.

Onze ans après sa mort, les jeunes polonais, comme Artoven, 24 ans, n’ont pas oublié Karol Wojtyla : "J’ai beaucoup de respect, je pense qu’il fait encore partie de notre culture. A l’époque, il vivait à l’Ouest pendant que nous luttions contre notre gouvernement. Ca faisait de lui bien plus qu’un Pape ".

Je suis convaincu qu’il est ici avec nous, dans ce sanctuaire

Pour entretenir le culte, un Centre Jean Paul II a ouvert il y a trois à la périphérie de Cracovie. Un sanctuaire où sont gardées des reliques, comme cette soutane maculée de sang, vestige de l’attentat manqué de 1981. Piotr Tchenko est l’un des responsables du Centre. Il explique : "Partout dans Cracovie, on peut ressentir la présence de Jean-Paul  II, mais ici plus qu’ailleurs. Ce n’est pas qu’une histoire de reliques. Je suis convaincu qu’il est ici avec nous, dans ce sanctuaire ". Un Sanctuaire où le Pape François viendra célébrer une messe samedi avec les prêtres et religieux de Pologne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.