Cet article date de plus de dix ans.

Le magnat des médias Rupert Murdoch renonce à son offre de rachat total du bouquet britannique de chaînes BSkyB

"News Corporation retire sa proposition", a annoncé mercredi le groupe américain dans un communiqué.Le scandale des écoutes téléphoniques de très nombreuses personnalités par le journal News of the World a suscité un tollé et a contraint News Corp à fermer le quotidien populaire.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Rupert Murdoch, magnat australo-américain des médias, patron de News Corporation. (AFP - Ki Price)

"News Corporation retire sa proposition", a annoncé mercredi le groupe américain dans un communiqué.

Le scandale des écoutes téléphoniques de très nombreuses personnalités par le journal News of the World a suscité un tollé et a contraint News Corp à fermer le quotidien populaire.

"Nous pensions que la proposition de News Corporation profiterait aux deux sociétés (News Corporation et BSkyB) mais il est devenu évident qu'il est trop difficile de progresser dans ce climat", a estimé le vice-président de News Corporation, Chase Carey, précisant toutefois que News Corp restait "un actionnaire de BSkyB engagé sur le long terme".

Le Premier ministre "salue" la décision de Murdoch
Un porte-parole du Premier ministre David Cameron a immédiatement "salué" la décision de M. Murdoch. News Corp doit "concentrer ses efforts sur le ménage au sein du groupe et remettre de l'ordre dans ses affaires", a-t-il ajouté.

Le communiqué de News Corp a été diffusé moins d'une heure avant une motion que devaient voter à l'unisson, fait rarissime, les députés britanniques et qui devait appeler le baron de la presse à abandonner son projet de racheter les 61% de BSkyB qu'il ne détient pas encore.

Un scandale d'une ampleur sans précédent
Le scandale des écoutes révélé en 2005 pourrait concerner quelque 4.000 personnes, dont des membres de la famille royale, politiciens et célébrités.

L'annonce la semaine dernière que la messagerie d'une fillette disparue puis assassinée avait été piratée par le tabloïd britannique News of the World (NotW), appartenant à News Corp, a suscité un tollé général.

News International (NI), filiale de News Corp qui réunit les journaux britanniques de Rupert Murdoch , a été contraint de fermer purement et simplement ce journal, qui était le plus fort tirage de la presse nationale. Sa dernière édition est parue dimanche.

Lire aussi:

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.