Cet article date de plus de huit ans.

Le chômage devrait atteindre des niveaux record dans la zone euro

Le chômage ne devrait pas baisser dans la zone euro, au contraire. Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le taux de chômage devrait même atteindre un niveau record de 12,3% de la population active à la fin de l'année prochaine. L'OCDE appelle les Etats à "redoubler d'efforts" pour endiguer le chômage des jeunes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Tony Gentile Reuters)

Le chômage va poursuivre sa hausse dans certains pays de la zone euro. L'OCDE estime que le chômage touchera près d'un tiers de la population active en Espagne et en Grèce (28%), fin 2014. En France, il devrait dépasser le seuil des 11%. Dans certains pays toutefois, la tendance sera inverse : en Allemagne le taux de chômage devrait passer sous la barre des 5%, et à moins de 7% aux Etats-Unis. 

Selon l'OCDE, il y a dans les 34 pays membres de l'organisation 48 millions de chômeurs. C'est 16 millions de plus qu'avant la crise de 2007. "Les cicatrices sociales de la crise sont loin de s'effacer , a estimé Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE. Nombre de nos  pays membres sont toujours confrontés à un chômage élevé et persistant, notamment chez les jeunes."

** Financements en baisse de 20%

Les jeunes sont durement touchés par le chômage. L'OCDE estime même qu'il atteint des "niveaux sans précédent" dans de nombreux pays, et en particulier dans le sud de l'Europe : 60% en Grèce, 55% en Espagne, et environ 40% en Italie et au Portugal. 

Les personnes en contrat précaire, les jeunes et les travailleurs peu qualifiés, "ont souvent été les premiers à être licenciés lorsque la crise a débuté, et ont depuis de sérieuses difficultés à retrouver  un emploi" , souligne l'organisation dans son rapport. 

L'OCDE préconise donc de renforcer les politiques qui aident les chômeurs à trouver un emploi, "tout en veillant à ce que ces initiatives bénéficient de financements suffisants" . Car c'est un autre enseignement de ce rapport : d'après l'organisation internationale, "les dépenses consacrées aux chômeurs ont nettement diminué le depuis le début de la crise, de près de 20% par chômeur en moyenne dans l'OCDE, à mesure que les tensions s'accumulent sur les budgets publics". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.