Le cancer a coûté 126 milliards d'euros aux pays de l'Union européenne en 2009

Cette estimation provient d'une étude britannique qui a pris en compte le poids économique des dépenses de santé, mais aussi les coûts liés aux absences, aux invalidités et au temps consacré par les proches.

Une patiente au centre Oscar Lambret à Lille (Nord), une unité spécialisée dans le traitement du cancer, le 6 février 2013.
Une patiente au centre Oscar Lambret à Lille (Nord), une unité spécialisée dans le traitement du cancer, le 6 février 2013. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le cancer a coûté, en 2009, près de 126 milliards d'euros aux 27 pays de l'Union européenne (UE), selon une étude britannique publiée, lundi 14 octobre, dans la revue The Lancet (en anglais). Pour la première fois, des chercheurs de l'université d'Oxford (Royaume-Uni) ont cherché à quantifier "l'ensemble du fardeau économique du cancer dans l'Union européenne". Ainsi, ils ont pris en compte non seulement le poids économique des dépenses de santé, mais aussi les coûts liés aux absences, aux invalidités et au temps consacré par les proches aux malades.

Leur estimation a porté sur 2009, année la plus récente où des chiffres complets étaient disponibles, et s'est appuyée sur 150 sources différentes. Sur les 126 milliards d'euros, seulement 51 milliards reviennent aux coûts de santé au sens strict. Les dépenses hospitalières sont les plus lourdes (28,4 milliards d'euros) devant le coût des médicaments (13,6 milliards).

83 millions de journées de travail perdues

Selon les scientifiques, "60%  [des 126 milliards] concerne des dépenses hors santé, avec presque 43 milliards d'euros de pertes en productivité attribuées aux décès prématurés". L'étude évalue à 9,43 milliards d'euros les 83 millions de journées de travail perdues dans l'UE en raison de congés maladie ou d'incapacités au travail entraînées par les cancers.

L'étude comptabilise également quelque 3 milliards d'heures de "soin" aux malades prodiguées par les amis et les familles, avec une évaluation globale pour ce temps à 23,2 milliards d'euros.