Cet article date de plus de douze ans.

Le cadavre de Rosa Luxembourg retrouvé?

Alors que l'on croyait cette icône enterrée à Berlin, son cadavre pourrait avoir été retrouvée dans un hôpital
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Alors que l'on croyait cette icône enterrée à Berlin, son cadavre pourrait avoir été retrouvée dans un hôpitalAlors que l'on croyait cette icône enterrée à Berlin, son cadavre pourrait avoir été retrouvée dans un hôpital

L'hedomadaire Der Spiegel rapporte vendredi qu'un mystérieux corps de femme a été découvert dans un cercueil en bois dans une pièce souterraine de l'Institut médico-légal de l'Hôpital de la Charité, à Berlin.

Selon le directeur de l'Institut Michael Tsokos, il présente des "similitudes stupéfiantes avec Rosa Luxembourg".

Ce corps resté longtemps immergé était celui d'une femme de 40 à 50 ans souffrant d'arthrose, d'une malformation de la hanche et dont les jambes étaient de longueurs différentes.

Or ces signes correspondent à ceux qui caractérisaient "Rosa la Rouge", figure de proue de l'extrême gauche, tuée le 15 janvier 1919 à 47 ans par la milice paramilitaire contre-révolutionnaire et dont le corps avait été jeté dans un canal à Berlin.

D'autre part, le cadavre retrouvé à l'Institut médico-légal n'a plus ni tête, ni pieds, ni mains. D'après les témoignages de l'époque, cela correspond aux parties du corps arrachées lorsque le corps de cette icône du socialisme allemand avait été lesté avec des pierres pour mieux couler.

M. Tsokos doute ouvertement que la tombe berlinoise renferme l'authentique Rosa, qui prônait la grève politique des masses contre la guerre et la bourgeoisie.
La tombe actuelle, lieu de pélerinage
A Berlin, la tombe de Rosa Luxemburg , créatrice de la Ligue spartakiste, théoricienne du marxisme et partisane de l'antimilitarisme, reste un lieu de pèlerinage où se rassemblent chaque année des milliers de personnes à l'anniversaire de sa mort.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.