Cet article date de plus de dix ans.

Le "Royal Baby" s'appelle George, comme George... Orwell ? Michael ? Costanza ?

William et Kate ont mis deux jours seulement pour trouver un nom à leur fils. Francetv info s'est demandé d'où pouvait venir leur inspiration.

Article rédigé par Marie-Adélaïde Scigacz
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Kate et William présentent leur bébé à la presse, à Londres (Royaume-Uni), le 23 juillet 2013. (PATRICK VAN KATWIJK / DPA / AFP)

"Le bébé sera connu sous le nom de Son Altesse Royale le prince George de Cambridge". Vraisemblablement "George", sans s, pour les intimes, comme le veut l'orthographe anglaise de ce prénom des plus classiques. Kate et William ont sacrifié à la tradition, mercredi 24 juillet, en nommant leur fils du nom du père de la reine Elizabeth II. 

Mais le couple princier est-il si "tradi" que cela ? Est-ce que "c'est sans doute la reine qui a choisi", comme suggère un commentateur de francetv info ? Voici 4 (possibles) sources d'inspiration :

Le plus probable : George VI (qui, en fait, s'appelait Albert)

Probabilité : très forte. Pour les historiens, le prénom de George est gage de pérennité pour la monarchie. Si le "Royal Baby" accède un jour au trône et décide de garder son premier prénom, le nouveau-né, troisième dans l'ordre d'accession, serait le septième George à régner. Le dernier sur le trône fut George VI, mort en 1952, père aimé de l'actuelle souveraine Elizabeth II. Il avait pour premier prénom Albert et était appelé "Bertie" en famille (comme vous l'avez appris dans le film Le Discours d'un roi, oscarisé en 2011 et consacré à ce souverain malgré lui.)

Les plus pop british : George Michael (voire Boy George)

Probabilité : étonnant mais pourquoi pas ? William a-t-il séduit Kate sur Careless Whisper ? Si tel est le cas, nommer le "Royal Baby" du nom de l'auteur de ce slow imparable de l'année 1984, George Michael, constituerait un bel hommage. D'ailleurs, la maman de William, Lady Diana, prenait, paraît-il, plaisir à draguer la popstar, rapportait le tabloïd The Sun (en anglais) en novembre 2012.

A moins que ce ne soit un hommage à Boy George ? En 1987, le Los Angeles Times (en anglais) rapportait que la princesse Diana avait semé les gardes qui l'escortaient pour rencontrer le flamboyant chanteur britannique dans une boîte de nuit londonienne. 

Le plus écolo : George la tortue

Probabilité : tirée par les cheveux. Le prince William a peut-être été influencé par son amour des bêtes ? En mars dernier, le futur papa avait pris la parole à l'occasion de la 16e session de la Conférence des Parties de la Convention sur le commerce international des espèces. Dans cette vidéo, diffusée pendant la réunion, à Bangkok (Thaïlande), William défend les éléphants et les rhinocéros (en anglais). Qui mieux que George la tortue pour illustrer la nécessité de préserver les espèces ? En juin 2012, cette tortue des Galapagos, alors désignée comme le dernier représentant de son espèce, s'était éteint à l'âge de 100 ans et des poussières. Sa disparition avait ému la terre entière (y compris francetv info).

"Georges le solitaire" photographié le 19 avril 2012 aux Galapagos (Equateur). (RODRIGO BUENDIA / AFP)
 

Le plus référencé : George Costanza 

Probabilité : hum… non. Sans doute la thèse la moins probable : celle de la référence pop. Dans ce pêle-mêle de George plus ou moins prestigieux, passés sur le petit ou le grand écran et susceptibles d'avoir été apprécié par le couple princier, on pense au Disney George de la jungle et à George Abitbol, "l'homme le plus classe du monde". Mais surtout à George Costanza, l'ami bougon, malchanceux et un peu (beaucoup) mesquin de Jerry Seinfeld, dans la série éponyme, diffusée entre 1989 et 1993. Et tout bon fan de série sait qu'il s'agit de la meilleure du monde. 

Elaine, Jerry, Kramer et George (Julia Louis-Dreyfus, Jerry Seinfeld, Michael Richards, Jason Alexander) sur le plateau de la série "Seinfeld". (KOBAL / THE PICTURE DESK / AFP)

La plus intello : George Sand (ou Orwell)

Probabilité : ça aurait du charme, mais non. Quid du goût pour la lecture des parents du petit George ? Dans sa liste des "30 choses que l'on ignore sur le prince William", le Daily Mail (en anglais) ne la cite pas parmi ses hobbies. Le livre qui l'a le plus marqué ? Fledgling, Jason Steed, du britannique Mark A. Cooper. On y trouve "action, aventure, romance, émotion et de l'humour", avait indiqué le jeune prince.

Quant à Kate Middleton, elle a révélé en 2012 que son livre favori était Anne… la maison aux pignons verts, écrit en 1908 par la Canadienne Lucy Maud Montgomery. Des goûts très anglosaxons, qui viennent encore discréditer la thèse d'un clin d'œil à l'auteure française George Sand. Ou plutôt l'Anglais George Orwell, peut-être ? 

Portrait de l'écrivaine George Sand, de son vrai nom "Aurore Dupin". ( AFP )

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.