Cet article date de plus de sept ans.

La paix, un "engagement de tous les jours" pour le pape François

Le pape François a prononcé sa bénédiction "urbi et orbi" pour son premier Noël sur la place Saint-Pierre, à Rome, devant environ 10.000 personnes. Livrant un message de paix et de dialogue, il a appelé à la fin des conflits en Afrique et au moyen-Orient, demandant un couloir humanitaire en Syrie. Il a aussi insisté sur le sort des enfants dans les guerres, celui des migrants et a appelé au respect de l'environnement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Autre)

Le succès populaire était assuré pour ce premier Noël du pape François, élu en mars dernier. La parole de ce souverain pontife, qualifié par certains de "pape marxiste" est toujours attendue par les catholiques du monde entier et au delà. 

Si la bénédiction "urbi et orbi" traditionnelle à Noël est souvent l'occasion pour le pape de faire passer des messages, le pape François a tenu à marteler un message : l'appel au dialogue pour ramener la paix.

 Il ainsi passé en revue les régions du monde ensanglantées par les conflits, à commencer par la Syrie, qui entre dans sa troisième année de guerre civile. Il a demandé à tous les belligérants de permettre l'ouverture d'un corridor humanitaire pour accéder aux millions de victimes de la guerre. De même a-t-il appelé à mettre fin aux autres conflits, notamment au Soudan du Sud. Il a appelé à la paix en Centrafrique, mais sans appeler la communauté chrétienne de ce pays à briser le cercle de la vengeance.

Enfances volées

Depuis la loggia de la basilique Saint-Pierre, Jorge Mario Bergoglio, a également dénoncé le fléau des enfants-soldats et de manière générale, le drame des enfants pris dans les guerres "qui sont enlevés, blessés et tués dans les conflits armés, et vers tous ceux qui sont transformés en soldats, volés de leur enfance ", a lancé le pape devant la foule.

Il est également revenu sur l'un des premiers engagements de son pontificat, en faveur des migrants, "en quête d'une vie digne ". Il a été applaudi en demandant que le drame de Lampedusa ne se reproduise jamais. Et renouant avec les mots qu'il avait prononcé à la suite de ce naufrage meurtrier, il a souhaité que l'environnement soit protégé de "la convoitise et l'avidité des hommes ".

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.