Cet article date de plus d'onze ans.

La Grèce demande un nouveau délai pour appliquer le plan d'austérité

Le nouveau gouvernement de coalition grec a demandé aujourd'hui un délai d'au moins deux ans pour mettre en oeuvre le plan d'austérité réclamé par les créanciers internationaux de la Grèce, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, en échange de leur aide financière.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Les inspecteurs de la troïka seront à Athènes lundi. Le gouvernement grec, composé de Nouvelle démocratie (ND, droite) du PASOK (socialiste) et de la Gauche démocratique a l'intention de demander un nouveau délais deux deux ans pour mettre en oeuvre les réformes pour sortir le pays de la crise.
Il s'agit de "soutenir la demande, le développement, et l'emploi ", selon le communiqué gouvernemental.
L'objectif général est de réduire le déficit "sans nouvelles coupes dans les salaires, les pensions ou le programme d'investissement public ", mais en luttant "contre le gaspillage, la corruption et l'évasion fiscale ", ajoute le gouvernement.
Le nouveau gouvernement grec souhaite un allègement de la fiscalité, des aides pour les chômeurs et les travailleurs pauvres, un gel des suppressions d'emplois dans le secteur public et davantage de temps pour réduire son déficit public.
Le gouvernement d'Antonis Samaras va également revoir les réductions du salaire minimum, abaissé de 22% plus tôt dans l'année à environ 580 euros par mois.
S'il était mis en oeuvre dans son intégralité, ce projet annulerait une partie importante des mesures d'austérité que le pays a dû accepter en février pour obtenir un plan de sauvetage de 130 milliards d'euros de la part de ses créanciers internationaux.

Les partenaires européens de la Grèce se sont dits prêts à accepter des ajustements à ce plan, notamment pour tenir compte d'une récession plus importante que prévu, mais pas à une réécriture complète des conditions posées pour sauver le pays de la faillite. L'Allemagne s'est montrée particulièrement réticente aux appels à l'indulgence.

Le programme du gouvernement, établi par les dirigeants de la nouvelle coalition au pouvoir passera un premier test à l'occasion du Conseil européen de jeudi et vendredi prochains qui sera dominé par la question de la crise de la dette.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.