Royaume-Uni : un sixième membre du gouvernement démissionne pour protester contre l'accord sur le Brexit

Contrairement à d'autres démissionnaires, Sam Gyimah était un partisan du maintien dans l'Union européenne.

La Première ministre britannique, Theresa May, quitte le 10 Downing Street, à Londres, le 28 novembre 2018.
La Première ministre britannique, Theresa May, quitte le 10 Downing Street, à Londres, le 28 novembre 2018. (ALBERTO PEZZALI / AFP)

Theresa May continue de perdre des membres de son gouvernement. Le secrétaire d'Etat chargé des Universités, de la Science et de la Recherche, Sam Gyimah, a démissionné samedi 1er décembre, après cinq précédentes défections depuis qu'un accord sur le Brexit a été trouvé entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

"Je ne peux pas soutenir le projet de Brexit de la Première ministre", écrit Sam Gyimah dans une tribune publiée dans le quotidien The Daily TelegraphCet homme politique avait défendu le maintien dans l'Union européenne en 2016. Il estime aujourd'hui que Theresa May ne devrait pas exclure l'option d'un second référendum.

"Nous avons renoncé à notre voix"

Avec l'accord de divorce, "nous avons renoncé à notre voix, notre vote et notre droit de veto", écrit-il. Sam Gyimah explique que la décision britannique d'abandonner l'idée d'obtenir un accès à Galileo, le système européen de géolocalisation par satellite, a été décisive dans son choix.

Le Royaume-Uni développera à la place son propre système de navigation par satellite. Le pays avait pourtant investi dans Galileo et "nous ne récupérerons pas cet argent", a déploré Sam Gyimah auprès de la BBC. "Ce qui s'est passé avec Galileo est un avant-goût des négociations brutales que nous aurons à mener" après le Brexit, qui "affaibliront nos intérêts nationaux, nous appauvriront et nuiront à notre sécurité".

Cette nouvelle démission souligne de nouveau la vulnérabilité de Theresa May. L'accord de divorce doit être voté le 11 décembre par des députés très sceptiques, qui risquent fort de le recaler.