La France déclenche son plan pour faire face à un Brexit sans accord

Le Premier ministre estime que "l'hypothèse d'un Brexit sans accord est de moins en moins improbable". 

Le Premier ministre, Edouard Philippe, le 17 janvier 2019 à l\'hôtel de Matignon à Paris, lors d\'une réunion sur le Brexit. 
Le Premier ministre, Edouard Philippe, le 17 janvier 2019 à l'hôtel de Matignon à Paris, lors d'une réunion sur le Brexit.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La France a déclenché son plan pour faire face à un Brexit sans accord. Le Premier ministre, Edouard Philippe, l'a annoncé, jeudi 17 janvier, à l'issue d'une réunion à Matignon. 

"L'hypothèse d'un Brexit sans accord est de moins en moins improbable. Dans ces conditions, la responsabilité du gouvernement, c'est de faire en sorte que notre pays soit prêt, que les intérêts de nos concitoyens soient préservés", a fait valoir le chef du gouvernement.

Cinquante millions pour les ports et les aéroports

Ce plan "comporte des mesures législatives et des mesures juridiques qui visent à faire en sorte qu'il n'y ait pas d'interruption de droits et que les droits de nos concitoyens ou de nos entreprises soient effectivement protégés", a indiqué le chef du gouvernement. Cinq ordonnances seront adoptées d'ici trois semaines et 50 millions d'euros seront investis dans les ports et les aéroports, a précisé Edouard Philippe.

Pour le négociateur en chef des Européens, Michel Barnier, "jamais le risque d'un no deal n'a paru aussi élevé". Mardi, les députés britanniques ont massivement rejetés l'accord négocié par leur gouvernement avec l'Union européenne. Et mercredi, la Première ministre britannique, Theresa May, a échappé de justesse à une motion de censure. Elle pourrait désormais demander un report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'Union, fixée au 29 mars 2019, ce qu'elle a exclu jusqu'ici.