Cet article date de plus de quatre ans.

L'université d'Oxford pourrait délocaliser une partie de son campus à Paris

À cause du Brexit, la prestigieuse université anglaise d'Oxford pourrait délocaliser une partie de son campus hors de Grande-Bretagne... à Paris.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Tout campus ouvert en France pourrait bénéficier du statut juridique français et continuerait à recevoir un financement de l’Union européenne. (EURASIA PRESS / PHOTONONSTOP)

Il n’y a pas que la City qui intéresse les Français. D’après The Telegraph, un journal conservateur britannique, les universités, en particulier celle d’Oxford, attirent beaucoup les dirigeants français qui espèrent tirer avantage du Brexit. Les universités seraient en effet les premières touchées par un Brexit dur et cherchent déjà des alternatives. L’université d’Oxford a même embauché un chef de la stratégie post-Brexit pour continuer à attirer le plus de talents possible et préserver sa réputation prestigieuse. Comme d'autres universités, l'institution a déjà rencontré des représentants français pour évoquer une délocalisation à Paris.

Le campus continuerait à recevoir un financement de l'UE

Oxford n’est pas la seule université convoitée par les Français. L’université de Warwick pourrait également faire partie du campus international qui ouvrirait ses portes à Paris en 2018. Tout campus ouvert en France pourrait bénéficier du statut juridique français et continuerait à recevoir un financement de l’Union européenne, un bonus difficile à refuser.

>> À lire aussi. Après le Brexit, l'Essec invite les universités britanniques à s'installer en France

Les universités britanniques délocaliseront certains diplômes et certificats d’études pour créer des diplômes conjoints et des laboratoires de recherche avec des universités françaises. Une manière symbolique de prouver que l’éducation n’est pas dépendante de la politique. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.