Cet article date de plus de trois ans.

Brexit : quatre ministres démissionnent pour s'opposer au projet d'accord conclu avec l'Union européenne

Le ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, s'est dit dans l'incapacité de défendre l'accord de divorce obtenu avec Bruxelles. Theresa May perd ainsi un poids lourd de son gouvernement. Trois autres ministres l'ont suivi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, pris en photo le 6 novembre 2018 à Londres, avant sa démission le 15 novembre 2018. (TOLGA AKMEN / AFP)

Ils ont claqué la porte. Quatre membres du gouvernement britannique ont annoncé leur démission, jeudi 15 novembre, pour signifier leur désaccord au sujet du projet d'accord sur le Brexit conclu avec l'Union européenne. Ce document a été validé par la Première ministre du gouvernement britannique, Theresa May, mercredi soir. Il a ensuite été publié sur le site de la Commission européenne.

Le ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, a annoncé son départ du gouvernement jeudi matin, suivi, dans la foulée, du secrétaire d'Etat à l'Irlande du Nord, Shailesh Vara, de la sous-secrétaire d'Etat chargée du Brexit, Suella Braverman, et de la secrétaire d'Etat au Travail, Esther McVey.

"Une menace" pour "l'intégrité du Royaume-Uni"

Les ministres démissionnaires ont notamment pointé du doigt la clause de "sauvegarde" ("backstop") instituée par le projet d'accord sur la sortie de l'UE, destinée à empêcher le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord et instituant de fait un statut spécifique pour cette dernière. Les détracteurs de l'accord estiment que cette mesure remet en cause l'intégrité territoriale du Royaume-Uni et fragilise en même temps la position de Londres pour les futures négociations commerciales avec Bruxelles.

"Je pense que le régime réglementaire proposé pour l'Irlande du Nord présente une menace très réelle pour l'intégrité du Royaume-Uni", a expliqué Dominic Raab, qui s'oppose également à un backstop "de durée indéfinie". "Je ne peux pas concilier les termes du projet d'accord avec les promesses que nous avons faites au pays dans notre programme des dernières élections", a-t-il ajouté dans sa lettre de démission publiée sur son compte Twitter.

De son côté, Suella Braverman, dans sa lettre de démission publiée sur son compte Twitter, déplore "les concessions" consenties à Bruxelles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.