Cet article date de plus de neuf ans.

L'organisation armée basque a annoncé jeudi " l'arrêt définitif de son activité armée ".

Après 40 ans de lutte pour l"indépendance du Pays-Basque, l"organisation séparatiste ETA a décrété la fin des violences, via un communiqué publié par le journal basque Gara sur son site internet.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Après 40 ans de lutte pour l"indépendance du Pays-Basque, l"organisation séparatiste ETA a décrété la fin des violences, via un communiqué publié par le journal basque Gara sur son site internet.

Les pressions politiques se multipliaient pour réclamer l"annonce officielle de la fin définitive des violences de l"ETA. C"est désormais chose faite, après plusieurs décennies d"une lutte qui a fait 800 morts. "ETA a décidé l'arrêt définitif de son activité armée. ETA lance un appel aux gouvernements d'Espagne et de France pour ouvrir un processus de dialogue direct qui aura comme objectif la résolution des conséquences du conflit et, en conséquence le dépassement de la confrontation armée", indique l'organisation.

"A travers cette déclaration historique, ETA montre son engagement clair, ferme et définitif", assure l'organisation armée. Elle "considère que la conférence internationale qui a récemment eu lieu au Pays Basque est une initiative de grande importance politique", ajoute le texte.

Lundi, à Saint-Sébastien, une conférence internationale, qui réunissait notamment l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan et le président du parti nationaliste nord-irlandais Sinn Fein Gerry Adams, a appelé l'ETA à renoncer définitivement à la violence. Car, selon elle, "la résolution accordée rassemble les ingrédients pour une solution intégrale au conflit et compte avec le soutien de larges secteurs de la société basque et de la communauté internationale".

Le gouvernement et l'ex-ministre de l'Intérieur, candidat à l'élection du 20 novembre, Alfredo Perez Rubalcaba avait répété à plusieurs reprises ces derniers jours que l'annonce de la fin de l'organisation était imminente. Considérée comme une organisation terroriste par l'Union européenne et les Etats-Unis, l'ETA est tenue pour responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de lutte pour l'indépendance des territoires français et espagnols du Pays basque, et de la Navarre. Elle avait annoncé le 10 janvier une trêve "générale et permanente".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.