Information sur les allergènes : dans les restaurants aussi

Une refonte des règles européennes d'étiquetage alimentaire doit entrer en vigueur ce samedi. Adoptées il y a trois ans, les mesures ont été détaillées par la Commission européenne après un bras de fer avec l'industrie agroalimentaire. Les 14 allergènes les plus courants devront clairement être indiqués, y compris chez les restaurateurs ou les boulangers.

(Les restaurateurs devront rendre disponible une liste des allergènes présents dans leurs menus © Maxppp)

Vous êtes allergique aux arachides, au lait, aux noix etc. Même au restaurant, vous pourrez désormais savoir s'il y en a au menu avec les nouvelles règles d'étiquetage alimentaire qui entrent en vigueur ce samedi.

Listes d'allergènes au restaurant

Adoptées il y a trois ans par l'Union européenne dans le souci d'informer les consommateurs, ces règles ont été détaillées ce jeudi par la Commission européenne. Entre temps, Bruxelles s'est livré à un véritable bras de fer avec l'ensemble de l'industrie alimentaire, et ce n'est pas fini. Les restaurateurs montent au créneau, estimant ces mesures inapplicables, au vu des nombreux changements de menus. Ils ne seront cependant pas tenus d'inscrire le détail sur les cartes. Mais ils devront avoir une liste disponible des allergènes présents dans leurs plats.

Pour Patrick Rufin, pneumo-allergologue à l'hôpital Necker à Paris, la mesure va dans le bon sens mais reste insuffisante pour les allergies sévères
--'--
--'--

Les nouvelles étiquettes vont aussi signaler la présence de nanomatériaux manufacturés. Ils se trouvent par exemple dans les desserts chocolatés, les charcuteries ou les soupes. Minuscules, ils sont soupçonnés d'être nuisibles à la santé.

Par ailleurs, la mention de l'origine qui s'applique à la viande bovine sera étendue aux autres animaux : porcs, ovins, volaille. Même mesure pour les poissons qui devront en plus être bavards sur le type d'engin de pêche qui les a capturés.

Valeur nutritionnelle plus lisible

Enfin, la valeur nutritionnelle des produits, déjà souvent indiquée, devra l'être de manière plus lisible et visible, avec une taille minimale de caractères par exemple. Toutefois, ce dernier affichage ne sera obligatoire que dans trois ans. L'Union européenne étudie la possibilité de renforcer les contrôles et les sanctions de manière à les rendre dissuasives pour ceux qui seraient tentés de passer outre.