Cet article date de plus de dix ans.

Grèce : le scénario de fin de crise suspendu au vote du Parlement

Après plusieurs jours de débat, les parlementaires grecs vont être appelés ce soir à voter la confiance à leur Premier ministre. Si ce n’était pas le cas, des élections seraient organisées. Ce qui empêcherait à court terme l’approbation du plan de sauvetage européen.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Panagiotis Tzamaros Reuters)

Ce vendredi est pour la Grèce une journée à hauts risques qui culminera avec le vote ce soir du parlement. Si les députés votent la confiance au Premier ministre, un gouvernement de coalition sera formé avec l’opposition - un accord serait intervenu avec les conservateurs - et ce gouvernement ratifiera l’accord conclu à Bruxelles. Dans ce schéma, Georges Papandréou aurait accepté de démissionner. Des élections anticipées seraient donc organisées après la ratification du plan de sauvetage.

Dans le cas contraire, le calendrier serait inversé. Puisque l’échec du vote de confiance se traduirait automatiquement par de nouvelles législatives. Ce qui prolongera le temps de l’instabilité politique, empêchera à court terme l’adoption du plan de sauvetage avec en toile de fond le risque de faillite. Selon le ministre grec des finances, les caisses seront vides le 15 décembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.